En vedetteClimat : la Terre se rapproche de « points de bascule » (scientifiques)

En vedette

TO GO WITH AFP STORY BY STANISLAW WASZAK
Hucul horses play in the wild meadows and forests near Odrzychowa in southeastern Poland on October 8, 2014. Huculs, a primitive breed of horse,  escaped total extinction due to the efforts of scientists and Polish farmers.  AFP PHOTO/JANEK SKARZYNSKI / AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI
14 Nov

Climat : la Terre se rapproche de « points de bascule » (scientifiques)

Bonn – Sous l’effet du réchauffement planétaire, la planète se rapproche de certains « points de bascule », perturbations majeurs des écosystèmes qui mettent en péril la sécurité humaine, ont alerté des chercheurs dans un rapport présenté à la 23e conférence sur le climat (COP23) à Bonn.

« La Terre approche de points de bascule du fait de pressions humaines », révèle cette étude réalisée par deux réseaux scientifiques internationaux, Future Earth et Earth League.

D’après les auteurs du rapport, la Fonte des calottes polaires et l’inversion des courants marins sont parmi les événements à anticiper, en fonction de la hausse de la température mondiale et l’élévation des niveaux des mers.

« Nous ne devrions pas penser que le changement climatique se produira de manière progressive », ont-ils prévenu, rappelant que dans le passé, de larges pans du système terrestre, comme les calottes glaciaires, les forêts tropicales et les océans, se sont modifiés brusquement après de longues périodes de changement graduel.

« Depuis deux ans, des preuves se sont accumulées montrant que nous courons vers des points de bascule », a indiqué Johan Rockström, président de l’Earth League, pour qui il n’y a pas de place pour l’autosatisfaction : « le changement climatique est là, il est dangereux ».

Dans le cadre de l’Accord de Paris il y a deux ans, la communauté internationale a fixé l’objectif de rester sous 2°C voire 1,5°C de réchauffement par rapport à l’ère préindustrielle. Mais à ce stade les engagements des pays conduisent plutôt à plus de 3°.

D’après le rapport, si la température gagne entre 1°C et 3°C, des seuils de bascule pourraient être franchis pouvant conduire à la perte de la banquise d’été en Arctique, la fonte de portions de la calotte du Groenland et la disparition de « nombreux » glaciers de montagne et récifs coralliens.

Entre 3 et 5°C, le monde pourrait voir l’Amazonie se transformer en partie en savane, les courants marins profonds affectant la météo des côtes nord-Atlantique se modifier.

Voir Aussi