En vedetteDanemark: L’énergie éolienne bat un record en 2017

En vedette

POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE CELINE AGNIEL : "LE TOURISME INDUSTRIEL : UNE ACTIVITE D'ETE ALTERNATIVE QUAND LE SOLEIL BOUDE". Un touriste photographie des éoliennes lors d'une visite organisée par EDF-Energies Nouvelles dans le parc éolien de Bouin, le 06 Aout 2009. Quand le temps n'est pas au beau fixe et que les estivants se lassent d'écumer musées et châteaux autour de leur lieu de villégiature, il reste encore pour les plus curieux le tourisme industriel et artisanal.  AFP PHOTO FRANK PERRY / AFP PHOTO / FRANK PERRY
13 Jan

Danemark: L’énergie éolienne bat un record en 2017

Copenhague-L’année 2017 a marqué un record pour l’énergie éolienne au Danemark, qui est en passe de dépasser ses objectifs énergétiques de l’UE, avec 43,4% de la consommation d’électricité.

« La part de la production d’énergie renouvelable à partir de l’énergie éolienne a plus que doublé depuis 2008, ce qui représentait auparavant 19,3% », indique jeudi un communiqué du ministère de l’énergie, des services publics et du climat.

En 2017, les éoliennes terrestres et marines danoises ont produit l’équivalent de 43,4% de la consommation totale d’électricité du pays, soit un nouveau record par rapport aux 42% enregistrés en 2015.

« Avec le record de production d’énergie éolienne, le Danemark place un drapeau vert sur la carte du monde et nous montrons au monde entier que le Danemark possède le meilleur système énergétique du monde », a souligné le ministre de l’Energie, des services publics et du climat Lars Chr. Lilleholt.

« Nous avons réussi à accueillir de grandes quantités d’énergie éolienne et d’autres sources d’énergie verte, tout en maintenant une grande sécurité d’approvisionnement », a-t-il dit.

Le pays nordique compte établir durant les années à venir des records plus élevés au fur et à mesure que de nouveaux parcs éoliens offshore seront développés, notamment Horns Rev 3 à côté d’Esbjerg, Kriegers Flak dans la mer Baltique, et dans la Mer du Nord.

« Le gouvernement œuvre pour que le Danemark couvre au moins 50% de ses besoins en énergie renouvelable, tels que l’énergie éolienne et solaire, d’ici 2030. C’est un objectif très ambitieux, qui peut également conduire à de nouveaux emplois dans le secteur vert, notamment dans l’industrie éolienne », a relevé M. Lilleholt.

Le Danemark, qui importe de Norvège (hydroélectrique), de Suède (nucléaire) et d’Allemagne (solaire) le complément d’électricité nécessaire, entend désormais investir dans le stockage pour renforcer son indépendance et la sécurité de son approvisionnement, en partie tributaire des conditions météorologiques.

.- Le Danemark et le Groenland (territoire autonome mais constitutif du Royaume nordique) ont signé, jeudi à Copenhague, un accord de 180 millions de couronnes (plus de 24,16 millions d’euros) pour le nettoyage des bases américaines abandonnées sur l’île arctique.

Le ministre danois de l’Alimentation et de l’environnement, Esben Lunde Larsen, a affirmé qu’il était d’accord avec Kim Kielsen, le président du Parlement groenlandais, pour mettre de côté 180 millions de couronnes pour les efforts de nettoyage au cours des six prochaines années.

« L’été dernier, le gouvernement a annoncé qu’il était prêt à financer le nettoyage et je suis heureux que nous ayons conclu un accord concret », a déclaré M. Larsen, cité dans un communiqué de son département.

« Maintenant, nous pouvons travailler et je sais que nos collègues groenlandais attendent avec impatience », a-t-il ajouté.

Les efforts de nettoyage seront menés par un groupe dano-groenlandais qui prendra la décision pratique concernant la manière et le moment où les actions auront lieu.

L’accord englobe des domaines que les États-Unis n’utilisent plus à des fins militaires et où aucun autre accord n’a été conclu.

Parmi les zones désignées pour le nettoyage figurent Marraq, située au sud de Nuuk, et Ikkatteq, située près de Tasiilaq. Les zones sont constituées de pistes abandonnées construites par les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de son pont aérien au-dessus de l’Atlantique.

Des milliers de barils de carburant vides ont été laissés par les Américains sur la piste, en plus d’anciens bâtiments et de véhicules.

L’accord intervient après que le Groenland a saisi l’ONU, en mai dernier, sur la responsabilité du Danemark de nettoyer l’île après la présence militaire américaine.

Un accord datant de 1951 entre Copenhague et Washington a permis aux Etats-Unis de construire 33 bases et stations radar au Groenland. L’entente ne précisait pas qui serait responsable du nettoyage.

L’une de ces installations, Bluie East Two, a été abandonnée par l’US Air Force en 1947, laissant des équipements rouillés, des barils de carburant aviation et des bâtiments effondrés qui parsèment le paysage.

L’accord entre le Danemark et le Groenland ne couvre pas une installation américaine encore en service ou un projet de missile sous-glace abandonné en 1966.

.- Le fabricant français de câbles Nexans a annoncé l’acquisition du spécialiste danois des kits de câblage pour turbines éoliennes BE CableCon, afin d’accélérer son développement dans ce segment de marché en plus forte croissance.

Les modalités financières de l’opération n’ont pas été précisées et Nexans n’a fourni aucune indication sur le périmètre de BE CableCon, une société créée en 2007.

« D’ici à 2040, les sources d’énergie renouvelable représenteront près de trois quarts des 10.200 milliards de dollars investis au niveau mondial dans les nouvelles technologies de production d’électricité », a souligné l’industriel dans un communiqué.

Lui-même client de BE CableCon, Nexans entend permettre au groupe danois de se développer au-delà de l’Europe du Nord, notamment en Amérique Nord et en Asie-Pacifique, et de « développer de nouveaux relais de croissance pour les kits de câblage dans d’autres secteurs », a-t-il indiqué.
« Depuis sa création, BE CableCon s’est forgée une solide réputation dans la conception, le développement et la fabrication de kits de câblage qui simplifient l’installation, dans le mât et la nacelle des éoliennes, des systèmes vitaux de câbles d`énergie, de commande et de communication », relève Nexans.

***********************************

.- Stockholm- Plusieurs villages samis (populations autochtones de Scandinavie) ont demandé une aide d’urgence pour aider leurs rennes, car la couche de glace sous la neige rend difficile la recherche de nourriture dans le nord de la Suède.

En Suède, les Samis vivent sur l’élevage des rennes dans une cinquantaine de villages organisés en coopératives dans une zone géographique spécifique.

« On a beaucoup parlé de la neige. Il y a de la neige, mais ce n’est pas si dangereux – entre 60 et 80 centimètres. C’est la glace sur le sol qui signifie que les rennes ne vont pas à la mousse. Cela ne semble pas très bien», a affirmé Kristina Hotti, du Parlement sami suédois.

Jusqu’à présent, 32 villages samis ont demandé un soutien et le Parlement sami évalue la situation dans les zones touchées.

Le Parlement sami peut payer un maximum de 50% du coût que les villages supportent pour soutenir leurs rennes lorsque la nourriture est inaccessible à travers la glace.

****************************

.- Oslo – Les questions environnementales et les efforts internationaux visant la lutte contre les changements climatiques ont été au centre des entretiens entre la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, et le président américain Donald Trump, cette semaine à Washington, rapportent des médias locaux.

Lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, Mme Solberg a souligné qu’ »il existe des opportunités d’affaires dans ce domaine », rappelant que son pays adopte des règles strictes en la matière en vue d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

« Cela signifie que nous avons des politiques très fortes pour des technologies respectueuses de l’environnement et du climat », a-t-elle déclaré devant M. Trump qui avait annoncé en juin son intention de faire sortir les Etats-Unis de l’Accord historique de Paris.

La Norvège est un pays stratégique pour le constructeur américain de véhicule électrique Tesla. L’an dernier, ses ventes dans le pays nordique ont atteint 8.465 exemplaires, tous modèles confondus.

Voir Aussi