En vedetteLe chef EPA évoque la « guerre » Obama contre le charbon

En vedette

A picture taken on September 18, 2017 near the village of Spergau shows a view of the refinery's cooling towers at the Leuna chemical industrial complex of French oil company Total.  / AFP PHOTO / dpa / Jan Woitas / Germany OUT
31 Oct

Le chef EPA évoque la « guerre » Obama contre le charbon

Washington- Le chef de l’Agence américaine de protection de l’Environnement (EPA), Scott Pruitt, a déclaré lundi que les diverses mesures et régulations sur le climat de l’ancien président Barack Obama, notamment la signature de l’Accord de Paris, représentent une « guerre » contre le charbon et d’autres industries.

« L’administration [Obama] a créé une énorme incertitude en adoptant des règles qui dépassaient les bornes du rôle qui lui est assigné (…). Déclarer la guerre à n’importe quel secteur de notre économie n’a tout simplement aucun sens, mais c’est exactement ce qui s’est passé », a indiqué M. Pruitt lors d’un entretien avec une chaîne de télévision US.

D’après le responsable américain, l’administration Obama a déclaré la guerre au charbon et aux combustibles fossiles, « bien que ces sources d’énergie soient extrêmement importantes pour nous en tant que pays producteur d’électricité, pour maintenir des prix bas et assurer la stabilité de l’économie ».

0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0–0

Canada :.

– La tarification du carbone au Canada compte une nouvelle province, le Manitoba, mais celle-ci mettra le cap sur un prix plus bas que celui préconisé par le gouvernement Trudeau, en affirmant que le plan coûterait beaucoup moins cher aux citoyens.

« Dès 2018, le carbone sera soumis à un prix de 25 dollars la tonne, un montant qui demeurera jusqu’en 2022, lorsque le gouvernement manitobain procédera à l’analyse du plan », a indiqué le Premier ministre Brian Pallister, dont la province emboîte le pas notamment au Québec, à la Colombie-Britannique, à l’Ontario et à l’Alberta, alors que seule la Saskatchewan n’a pas encore dévoilé sa stratégie.

« Notre plan, fait sur mesure pour le Manitoba, coûtera moins cher que le plan conçu à Ottawa. Le prix plus bas reflète les gros investissements hydroélectriques que les Manitobains ont effectués sur plusieurs décennies pour construire un des systèmes d’électricité les plus propres au monde », a insisté M. Pallister.

L’année dernière, le Premier ministre fédéral, Justin Trudeau, avait indiqué aux provinces qu’elles devaient d’ici 2018 mettre sur pied un plan de tarification du carbone, qu’il s’agisse d’une taxe ou d’un système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions.

Le gouvernement d’Ottawa avait alors fixé un prix plancher de 10 dollars en souhaitant qu’il augmente graduellement jusqu’à 50 dollars en 2022, l’objectif étant de réduire les émissions de 30 pc d’ici 2030 par rapport au niveau de 2005.

Le Manitoba a insisté sur le fait que son prix carbone serait, dans cinq ans, le deuxième plus bas au Canada, ajoutant qu’en refusant d’adhérer aux objectifs fédéraux, la province économisera 260 millions de dollars sur cinq ans.

Au moment de dévoiler son plan pancanadien en octobre 2016, Ottawa avait précisé qu’il se réserverait le droit d’intervenir auprès des provinces qui n’avanceraient pas à un rythme jugé acceptable en matière de tarification de carbone, mais il laissait aux provinces le choix d’adopter la méthode leur convenant le mieux.

0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0

Mexique :.

– La modernisation de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA) doit inclure un chapitre relatif aux normes rigoureuses et applicables en matière d’environnement et d’énergie, pour permettre d’encourager l’échange d’investissements dans le domaine, a déclaré lundi le ministre mexicain de l’énergie, Pedro Joaquin Coldwell.

L’inclusion de ce chapitre lors de la négociation est de nature à faire de l’Amérique du nord la région la plus compétitive à l’échelle mondiale en la matière, a déclaré le responsable fédéral lors d’une conférence intitulée « Pour un potentiel élevé de croissance du secteur énergétique ».

0-0-0-0-0-0-0-0-0-0

– Le Mexique s’emploie en coopération avec les autres pays de la région, notamment le Chili, pour protéger la biodiversité de leurs mers, a affirmé lundi le Président Enrique Pena Nieto, à l’occasion de la proclamation des îles Revillagigedo parc national, pour en faire un espace plus élevé de protection et de conservation et une zone naturelle protégée.

L’interdiction de la pêche commerciale dans cette région augmentera le nombre des espèces vivantes dans cette zone protégée, selon le ministère de l’environnement et des ressources naturelles.

Voir Aussi