En vedetteTrump exclut la Floride des Etats concernées par l’exploitation du pétrole offshore

En vedette

donald-trump-504x297
11 Jan

Trump exclut la Floride des Etats concernées par l’exploitation du pétrole offshore

Washington – L’administration Trump a décidé mardi d’exclure la Floride des Etats concernées l’exploitation du pétrole offshore, après l’ouverture des zones protégées du littoral américain à cette exploitation.

« Je retire la Floride de toute considération pour de nouvelles plateformes pétrolières ou gazières », a déclaré le secrétaire aux Ressources naturelles, Ryan Zinke dans un communiqué, en accession à une demande du gouverneur républicain de Floride Rick Scott.

« La Floride est unique et ses côtes sont économiquement très dépendantes du tourisme », a souligné M. Zinke, à l’issue d’une réunion avec le gouverneur à Tallahassee, la capitale de cet Etat du sud-est des Etats-Unis.

M. Scott craignait les risques de pollution dans un Etat déjà ravagé par une gigantesque marée noire en 2010, causée par l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par le britannique BP.

L’administration Trump avait annoncé la semaine dernière son intention d’ouvrir 90% des zones côtières américaines à l’exploitation du pétrole et du gaz offshore, annulant des dispositions de protection prises par Barack Obama.

Cette décision a suscité un tollé parmi les organisations de défense de l’environnement, mais aussi par les gouverneurs des Etats concernés comme le New Jersey, la Caroline du Nord et du Sud, la Virginie, la Californie, l’Etat de Washington et la Floride.

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée du jeudi 11 janvier 2018:

Canada :

– La directrice générale du Conseil de recyclage de l’Alberta, Christina Seidel, a déclaré que la province devrait rendre son système de récupération plus efficace pour affronter le changement opéré par la Chine en 2018, puisque le géant asiatique se montrera beaucoup plus sélectif par rapport aux matériaux recyclables qu’il importe de l’Occident.

« Lorsque les Albertains jettent leurs matériaux récupérables dans des bacs de recyclage, un bon nombre de ces produits ne sont pas triés dans la province. Ils sont plutôt vendus à la Chine qui s’occupe de séparer les matériaux », a expliqué Mme Seidel, qui a indiqué que faire le tri des matériaux recyclables est un travail long, particulièrement en ce qui concerne les différents types de plastique.

Pour la responsable albertaine, la province a beaucoup compté sur la Chine comme endroit qui peut prendre ces matériaux mélangés et les séparer de manière efficace.

« La décision du géant asiatique, qui imposera des limites strictes sur l’importation de matériaux recyclables, est un bon incitatif pour la province de revoir son système de récupération », a affirmé Mme Seidel, faisant savoir que l’Alberta est une des rares provinces qui ne mesure pas combien de tonnes de matériaux recyclables sont récupérées chaque année.

En février 2013, la Chine avait déjà durci les règles en matière d’importation des matériaux recyclables, sachant que la nouvelle mesure de Pékin risque d’avoir un impact sur la façon de faire de plusieurs villes de l’Alberta.

« Transformer les matières recyclables en biocarburant est loin d’être une solution », a indiqué Mme Seidel, ajoutant qu’une meilleure solution serait de forcer les propriétaires des entreprises à payer pour les déchets recyclables qu’elles produisent, un modèle déjà en vigueur en Colombie Britannique, par exemple.

« En Alberta, on est littéralement en train de laisser des dizaines, sinon des centaines de millions de dollars sur la table, tandis que dans d’autres provinces comme la Colombie-Britannique, les entreprises paient pour ces programmes alors que les municipalités n’ont plus à payer pour cela », a-t-elle dit.

Panama:

– L’offre énergétique du Panama a enregistré une croissance de 2,2% entre janvier et novembre de 2017 par rapport à la même période l’année précédente, a indiqué l’Institut national des Statistiques et du Recensement.

Au cours des dernières années, l’approvisionnement en énergie au Panama a été stimulé par les énergies renouvelables, éoliennes, solaires et hydroélectriques, en particulier, bien que leur production varie en fonction des conditions climatiques.

La production d’énergie solaire a augmenté de 114,8% par rapport à la même période de l’année précédente, tandis que la production hydroélectrique a cru de 12,4% et la production d’énergie éolienne de 22,3%, selon les données de l’Institut.

Le Panama mise sur l’augmentation de la contribution des énergies renouvelables pour répondre à ses besoins énergétiques et diversifier son mix énergétique, notamment en instituant des incitations fiscales pour les entrepreneurs travaillant dans le domaine, en encourageant les investissements dans le secteur et en renforçant la coopération entre acteurs publics et privés.

Le pays des Caraïbes s’est fixé pour objectif de produire 70% de ses besoins en électricité à partir d’énergies renouvelables d’ici 2050.

Voir Aussi