En vedetteParis : Le parc éolien de Nicolas-Riou mis en service

En vedette

eolien
13 Jan

Paris : Le parc éolien de Nicolas-Riou mis en service

Paris- Le groupe français EDF Energies Nouvelles a annoncé la mise en service du parc éolien de Nicolas-Riou (Canada) d’une capacité installée de 224 MW, via sa filiale locale EDF EN Canada.

Avec cette nouvelle mise en service, EDF Energies Nouvelles a installé plus de 1,6 GW de puissance éolienne et solaire au Canada, souligne le groupe dans un communiqué.

Le parc éolien de Nicolas-Riou se situe dans le sud-est de la province du Québec. Il est composé de 65 turbines d’une capacité unitaire de 3,45 MW.

EDF Energies Nouvelles avait remporté le projet de Nicolas-Riou en 2013 dans le cadre d’un appel d’offres.

Une quinzaine d’établissements scolaires sont fortement touchés par la pollution de l’air, de l’eau ou du sol dans les Hauts-de-France, selon une carte publiée par Franceinfo.

Ces établissements sont associés à des « sites à risque », notamment à Lille, Roubaix, Dunkerque, Valenciennes, Lomme et Beauvais, ajoute la même source, précisant que ces écoles sont souvent situées à proximité de sites ou d’anciens sites industriels.

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Europe occidentale pour la journée du samedi 13 janvier 2018 :

Londres– Greenpeace estime que les mesures annoncées par le gouvernement britannique, pour lutte contre les déchets plastiques, « sont loin de répondre à l’ampleur de la crise environnementale ».

Selon l’ONG écologiste, le plan de Londres ne prévoit pas d’instaurer un système de consigne, un dispositif « éprouvé pour écarter les bouteilles en plastique » et autres gobelets qui représentent des dizaines de milliers de tonnes de déchets chaque année dans le pays.

Avec l’équivalent d’un camion « de déchets plastiques dans nos océans chaque minute, nous ne pouvons attendre 25 ans de plus avant d’éliminer le plastique jetable », souligne Greenpeace, jugeant que le plan des autorités britanniques « manquait du sens de l’urgence et d’ambition ».

Toutefois, l’organisation Wildlife Trusts, a salué le plan, indiquant qu’il n’avait aucune base légale. Le Parti travailliste, principal parti d’opposition du pays, a lui dénoncé une « tentative cynique d’améliorer l’image de marque des Conservateurs », qui ont l’habitude « des promesses non tenues » en matière d’environnement.

Le plan du gouvernement britannique, qui sera revu tous les cinq ans, prévoit d’encourager les supermarchés à mettre en place des rayons sans emballages en plastique et d’aider la recherche environnementale.

Par ailleurs, face aux inquiétudes environnementales suscitées par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, la Première ministre Theresa May a affirmé que « le Brexit ne signifiera pas une baisse des normes environnementales ».

Madrid– La consommation d’aliments écologiques ne cesse d’augmenter en Espagne, atteignant une valeur globale de 1,6 milliards d’euros en 2016, en hausse de 12,5 pc par à l’année précédente, indique un communiqué du ministère de l’Agriculture, de la pêche, de l’alimentation et de l’environnement.

Il s’agit d’une « croissance véritablement importante », en ligne avec les tendances constatées dans les principaux marchés mondiaux de produits écologiques, comme les Etats-Unis, la France et l’Allemagne, souligne le ministère.

Cette hausse est aussi bien supérieure à la croissance générale de la consommation conventionnelle d’aliments et boissons en Espagne, qui n’a progressé que de 0,7 pc sur la même période, note le ministère.

-Le groupe parlementaire socialiste a appelé le gouvernement à augmenter le financement des recherches sur les abeilles et à prendre les mesures appropriées pour garantir la survie de cet insecte, de grande importance économique pour l’Espagne et qui souffre un grand déclin de sa population à l’échelle mondiale.

Le député du PSOE et docteur en biologie, Miguel Ángel Heredia, a présenté une initiative parlementaire au Congrès des députés (chambre basse), dans laquelle il décrit la situation de menace et de déclin sont souffrent les abeilles et, par conséquence, les plantes sauvages et les cultures qui dépendent de la pollinisation.

Parmi les causes de ce déclin, la revue Nature, citée dans l’initiative, évoque les parasites, les maladies, le stress climatique et l’usage des insecticides et pesticides.

Lisbonne – La production de déchets dangereux au Portugal a atteint une valeur « maximale » de 832.000 tonnes en 2016, soit 42 pc de plus que l’année précédente en raison du traitement des charges environnementales et des sols contaminés, selon l’Agence portugaise de l’environnement (APA).

Le Rapport sur l’état de l’environnement en 2017, disponible sur le site web de l’APA, indique également que la quantité de déchets dangereux en 2016 « correspond à une augmentation de plus de 80 pc par rapport au minimum enregistré en 2014 ».

La plupart des déchets dangereux produits provenaient des activités de collecte, de traitement et d’élimination (43,7 pc), du commerce et des services (17,5 pc) et de l’industrie métallurgique de base et des produits métalliques (8,9 pc).

En 2016, 222.000 tonnes de déchets sont entrées au pays et qui étaient destinés à des opérations de valorisation ou d’élimination nécessitant une notification et un consentement écrit pour être transportés (appartenant à la liste orange), enregistrant « une forte tendance à la hausse depuis 2013 ».

Quelque 53.000 tonnes de déchets de la « liste orange » ont été transférés en dehors du Portugal, avec une « tendance à la baisse de la production totale » au cours des trois dernières années et 1.316.000 tonnes dans la « liste verte », avec une augmentation à partir du premier semestre 2016″.

Voir Aussi