En vedetteLa BAD appuie le développement industriel à faible impact écologique au Gabon

En vedette

BAD
02 Mar

La BAD appuie le développement industriel à faible impact écologique au Gabon

Dakar – La Banque Africaine de Développement (BAD) consacre 807 millions FCFA sur les ressources du Fonds d’Assistance Technique pour les Pays à Revenu Intermédiaire (FAT-PRI), pour accompagner le Gabon dans ses réformes du climat des affaires, en facilitant les conditions de développement du secteur privé, et la réalisation de son objectif de diversification de l’économie dans le respect de l’environnement.

Selon la presse, la BAD souhaite notamment appuyer le Gabon dans l’amélioration des conditions d’existence des populations par la promotion d’un développement industriel à faible impact écologique, la lutte contre les effets des changements climatiques.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 02 mars :.

Mali :

–Le Conseil national du patronat a abrité, jeudi à Bamako, les travaux de l’atelier du groupe thématique du Comité national du changements climatiques.

La rencontre a permis d’approfondir les connaissances sur le processus de planification nationale d’adaptation (PNA) et les progrès faits par le Mali en la matière.

Le processus PNA donne des orientations pour aider les pays en développement à évaluer leur vulnérabilité, à se constituer une capacité d’adaptation et à intégrer l’adaptation aux risques liés aux changements climatiques dans tous les plans de développement nationaux et sectoriels ainsi qu’à tous les niveaux qu’il juge pertinents.

Burkina Faso :

–La Direction générale burkinabè de la préservation de l’environnement a organisé à Ouagadougou un atelier de sensibilisation à la Convention de Minamata (Japon) sur le mercure.

Selon la directrice générale, Fanta Compaoré, un projet a été élaboré dans l’objectif d’assister le Burkina Faso dans la finalisation des activités préalables à l’entrée en vigueur de la Convention.

A noter que la Convention de Minamata interdit l’ouverture de nouvelles mines de mercure, la production, l’exportation et l’importation d’une gamme contenant du mercure à partir de 2020.

Côte d’Ivoire :

–Le directeur de cabinet du ministre des Eaux et Forêts, Gbogou Didier Lohoury, a présenté jeudi, à Abidjan, aux acteurs de la foresterie, les axes de la nouvelle politique de lutte contre la désertification, mise en place par le gouvernement.

Le représentant du ministre Alain Richard Donwahi a évoqué la détermination de son département de compléter à très court terme le dispositif législatif et réglementaire de protection des arbres et massifs forestiers en introduisant dans le Code Forestier le nouveau statut de l’Agro-Forêt Classée, de protéger de façon stricte les forêts classées conservées à plus de 75% et surclasser en aires protégées celles qui s’y prêteraient.

Kenya :

–Des défenseurs kényans de l’environnement ont exprimé, jeudi, leur indignation suite au lancement des travaux de construction d’une ligne de chemin de fer au sein du Parc national de Nairobi, en dépit, selon eux, d’une décision judiciaire ordonnant la suspension du projet, ont rapporté des médias.

Cette ligne ferroviaire, qui doit relier entre Nairobi et Naivasha, dans la vallée du Rift, puis probablement à l’Ouganda et à d’autres pays de la région, constitue le prolongement de la ligne reliant la capitale kényane à la portuaire de Mombasa, mise en service en mai dernier.

Situé en bordure de la capitale kényane, le Parc national de Nairobi, s’étend sur environ 120 km² et constitue un refuge pour différentes espèces animales (lions, zèbres, crocodiles, rhinocéros, hippopotames, antilopes, buffles et autres).

 

Voir Aussi