En vedetteInde: 35 oiseaux et animaux exotiques introduits clandestinement depuis Bangkok

En vedette

epa06687089 An Indian Ringneck Parakeet sits in an aviary at the World of Birds Wildlife Sanctuary in Cape Town, South Africa, 23 August 2018. Created by Walter Mangold in 1973 the World of Birds sanctuary cares for and rehabilitates all kinds of international exotic injured and sick birds and small animals.  EPA-EFE/NIC BOTHMA
11 Oct

Inde: 35 oiseaux et animaux exotiques introduits clandestinement depuis Bangkok

New Delhi – Environ 35 oiseaux et animaux exotiques introduits clandestinement en Inde depuis Bangkok via le Myanmar ont été saisis à l’aéroport international de Kolkata au Bengale-Occidental (est de l’Inde), selon les autorités locales.

Il s’agit de quatre cacatoès blancs, un cacatoès noir à queue jaune, cinq perroquets Eclectus, 12 perroquets gris, un aras bleu jaune, un aras argenté, un calao à crampons, deux oiseaux de paradis, quatre poussins de manioc, deux raies noires et blanches lémuriens, un bébé marmouset et un chat du Bengale, a précisé la Direction du renseignement des recettes publiques (DRI).

Les animaux et les oiseaux saisis, estimés à environ 8,5 millions de roupies, ont été remis aux autorités du zoo de Kolkata pour les mettre en sécurité.

« Deux personnes qui tentaient de charger les cinq cages contenant les oiseaux et les animaux pour l’envoi ont été arrêtées », a déclaré un responsable de DRI.
Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Asie-Océanie pour le jeudi 11 octobre 2018 :

Pacifique

L’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Union européenne ont lancé une initiative du Pacifique pour la biodiversité, le changement climatique et la résilience

L’initiative, d’un montant de 21 millions d’euros, vise à aider la région du Pacifique à s’adapter aux effets du changement climatique, à protéger la biodiversité et à accroître la résilience, selon Neven Mimica, membre de la Commission chargé de la coopération internationale et du développement.

« Le Pacifique abrite plus de 12 millions de personnes et, bien que leur contribution au changement climatique soit minime, elles en subissent grandement les conséquences », a-t-elle indiqué, ajoutant qu’avec la contribution de l’UE de 10 millions d’euros à l’initiative conjointe, « nous renouvelons notre engagement à contribuer à la protection de la région contre le changement climatique et ses impacts sur la biodiversité, les moyens de subsistance et l’environnement ».

L’initiative conjointe financera des projets dans des domaines tels que l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets, la gouvernance des océans (y compris les pêches et l’aquaculture durables) et l’environnement (y compris la gestion des déchets, la biodiversité ou l’écotourisme).

Chine

La région autonome du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, a officiellement ouvert, mercredi, son premier géo-parc à Keketuohai.

Situé au sud de l’Altaï et à la source de la rivière Irtysh, le parc couvre plus de 2.300 km2.

Les visiteurs peuvent y admirer de vastes paysages, notamment le Grand Canyon d’Irtysh, un énorme cratère minier, des lacs, des montagnes, une cascade, des fossiles et des rivières.

Keketuohai était autrefois une zone minière célèbre en Chine, et des métaux rares y ont été extraits pendant plus d’un demi-siècle.

En raison de l’épuisement des ressources, l’exploitation minière a été suspendue en 2002, et Keketuohai s’apprêtait à devenir une ville fantôme. Depuis, le gouvernement central et le gouvernement local ont investi plus de deux milliards de yuans (289 millions de dollars) pour restaurer l’environnement écologique de la zone minière, améliorer ses infrastructures et promouvoir le tourisme.

Thaïlande

La scène tragique d’un éléphant d’Afrique gisant dans une mare de sang avec son éléphanteau à son côté se trouve au centre d’une exposition au Bangkok Art & Culture Centre (BACC) dans le but de sensibiliser le public au commerce illégal de l’ivoire.

La sculpture grandeur nature des éléphants massacrés par les braconniers est la pièce maîtresse de cette exposition organisée par le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) en coopération avec l’autorité du tourisme et le département des parcs nationaux de la Thaïlande.

Il s’agit de choquer et d’interpeller les touristes et les thaïlandais pour les sensibiliser et les amener à ne plus acheter des articles en ivoire, issu du massacre de ces animaux à travers le monde, soulignent les organisateurs.

Selon l’organisation WWF, Chaque année, plus de 20.000 éléphants sont abattus en Afrique et leurs défenses sont utilisées pour approvisionner les marchés de l’ivoire, principalement en Asie. En conséquence, la population d’éléphants d’Afrique est passée de 1,3 million en 1979 à environ 415.000 en 2016.

Vietnam

Le Comité populaire de Ho Chi Minh-Ville a demandé au ministère des Ressources naturelles et de l’environnement de collaborer avec les autorités locales afin de renforcer le contrôle des violations de l’environnement et appliquer des sanctions sévères pour les contrevenants.

Le ministère des Ressources naturelles et de l’environnement a indiqué qu’il va collaborer avec les comités populaires des districts de Ho Chi Minh-Ville pour contrôler les rejets directs d’eaux usées dans la rivière Cho Dem et le canal Xang Ngang.

Les comités populaires des districts vont assurer la liaison avec le ministère afin de renforcer la surveillance des violations de l’environnement et d’imposer de lourdes amendes afin de mettre un terme à la pollution.

Le ministère va mettre en place un programme de visites de terrain dans les entreprises situées près de la rivière Cho Dem et du canal Xang Ngang pour examiner si elles respectent la législation en matière de traitement des eaux usées avant leur déversement.

Voir Aussi