ActualitésJournée sans voiture : les piétons se réapproprient les rues de Paris

Actualités

Paris Journée sans voiture-ECO
16 Sep

Journée sans voiture : les piétons se réapproprient les rues de Paris

Paris – Ce dimanche, la capitale française était presque réservée aux piétons. Libérés des voitures, Parisiens et touristes se sont réappropriés la rue, le temps d’une journée ‘’sans voiture’’ rééditée pour la quatrième fois vu le succès enregistré.

Cette année, l’événement coïncide, pour le plus grand bonheur des habitants de la capitale et sa banlieue et pour les nombreux touristes venus découvrir la ville des lumières, avec les Journées Européennes du Patrimoine (15-16 septembre), l’occasion de découvrir, gratuitement, les monuments et sites historiques de la ville.

Durant cette journée, la plupart des véhicules motorisés sont interdits de circulation dans toute la capitale, à l’exception du périphérique, de 11h à 18h.

Sont exemptés de l’interdiction les véhicules de dépannage pouvant justifier d’une intervention, véhicules d’urgence et de secours, et voitures des personnes handicapées, autobus touristiques, camions de déménagement munis d’une autorisation et autobus.

Les vélos, les rollers, les trottinettes et tous les véhicules sans moteur sont autorisés, par contre, à circuler dans la capitale.

Pour assurer plein succès à cet événement, un total de 1000 policiers est mobilisé pour réaliser des contrôles aux portes de Paris. Les contrevenants s’exposent à 135 euros d’amende.

L’objectif de cette « Journée sans voiture » est de « rendre l’espace public moins pollué, plus agréable et plus apaisé », indique le site de la Mairie de Paris.

Lors de la précédente journée sans voiture, le 1er octobre 2017, le trafic automobile avait baissé de moitié, selon la Ville de Paris.

De même que cette initiative a eu une incidence positive sur l’environnement avec une baisse de 25% du niveau de dioxyde d’azote à Paris et en petite couronne, selon Airparif.

Le bruit avait également été réduit de 20% comparé à un dimanche normal selon l’association Bruitparif.

Voir Aussi