En vedetteL’Estonie offre des services de bus gratuits sur l’ensemble de son territoire

En vedette

A picture taken on September 27, 2017 shows electric buses operated by Spanish company Alsa, circulating on a test run in the southern Moroccan city of Marrakech, a day before the new service's launch.
The mayor of Marrakech announced that a new fleet of a dozen electric buses, running without greenhouse gas emmissions and entirely on solar power provided by a station installed at the entrance of the city, will start operating on September 28, 2017. / AFP PHOTO / STRINGER
26 Juil

L’Estonie offre des services de bus gratuits sur l’ensemble de son territoire

Tallinn – L’Estonie est devenue le premier pays européen à proposer des services des lignes de bus gratuits sur quasiment l’ensemble de son territoire, une initiative visant à arrêter l’exode vers les villes et limiter la consommation des carburants fossiles.

« Il existe bien des villes et des régions en Europe où les transports en commun sont gratuits, mais jusqu’à présent il n’y a pas eu de projet de transport public gratuit à l’échelle nationale », a indiqué jeudi Kadri Simson, ministre de l’Economie et des Infrastructures.

Courant juillet, onze parmi les 15 comtés estoniens ont déjà lancé le bus gratuit.

« Nous cherchions comment animer les régions rurales », a indiqué aux médias Mme Simson, ajoutant que le programme est le fruit de discussions entre le gouvernement central et les comtés.

« Au niveau d’un comté, le transport gratuit par bus vise principalement à créer des possibilités pour la mobilité des habitants des régions rurales, afin de leur garantir l’accès aux services quotidiens », a-t-elle souligné.

Le Parlement estonien a décidé l’an dernier de limiter la consommation nationale des combustibles fossiles, de sorte qu’à l’horizon de 2030 elle reste à son niveau de 2012.

Depuis 2013, les bus gratuits sont disponibles à Tallinn. Le maire de la capitale Taavi Aas a fait part de son optimisme quant au succès du projet malgré la croissance du nombre de voitures dans la ville.

La moitié des utilisateurs des transports publics à Tallinn affirment avoir commencé à prendre les transports en commun plus souvent depuis qu’ils sont gratuits, a fait ressortir l’enquête annuelle de satisfaction citoyenne, réalisée en 2017.

Cependant, les critiques s’inquiètent de l’impact potentiellement négatif des bus gratuits sur le trafic ferroviaire.

« La principale question est de savoir si le réseau des bus au niveau des comtés va soutenir ou concurrencer les trains, et cela est valable aussi bien pour les lignes de bus gratuites que payantes », a estimé Ronnie Kongo, le directeur des ventes et du développement de l’opérateur national Elron.

Voir Aussi