En vedetteDes milliers de décès prématurés chaque année en Flandre à cause de l’air pollué

En vedette

A woman wearing a protective pollution mask rides a bicycle in Beijing on March 20, 2017.  
The last large coal-fired power plant in Beijing has suspended operations, with the city's electricity now generated by natural gas, the state news agency reported as smog enveloped the Chinese capital this weekend. / AFP PHOTO / NICOLAS ASFOURI
14 Sep

Des milliers de décès prématurés chaque année en Flandre à cause de l’air pollué

Bruxelles- Des milliers de Flamands décèdent prématurément chaque année à cause des particules fines et autres substances nocives qui polluent l’air, relève l’Agence flamande de l’environnement dans un rapport relayé vendredi par la presse locale.

Dans son rapport annuel sur la qualité de l’air, l’Agence flamande de l’environnement recense 4.100 décès prématurés chaque année en Flandre à cause des particules fines et entre 1.800 à 3.600 décès prématurés dus aux émissions du dioxyde d’azote.

L’Agence relève, cependant, que la Flandre a atteint les objectifs européens en matière de qualité de l’air, à l’exception des émissions de dioxyde d’azote (NO2), d’ozone et de la présence de métaux lourds. Pour ces trois substances, les chercheurs mesurent des valeurs encore trop élevées.

En prenant en considération les normes plus strictes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les particules fines et le dioxyde de soufre demeurent également problématiques en Flandre.

Commentant ce rapport, la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege, affirme que la qualité de l’air s’est améliorée au cours de ces quinze à vingt dernières années en Flandre, notant, toutefois, que « le chemin est encore long ».

Voir Aussi