En vedetteMme El Ouafi à la tête du Réseau des femmes ministres de l’environnement pour l’Afrique

En vedette

Nezha El Ouafi - Ecology
10 Juil

Mme El Ouafi à la tête du Réseau des femmes ministres de l’environnement pour l’Afrique

Rabat- La secrétaire d’État chargée du Développement durable, Nezha El Ouafi, vient d’être nommée présidente du Réseau des femmes ministres et hauts fonctionnaires de l’Environnement pour l’Afrique (AFWMLE), lancé en 2015 et hébergé par le bureau régional du PNUE à Nairobi.

Cette nomination qui récompense les efforts de la secrétaire d’État et du Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, va redynamiser le réseau en capitalisant sur les acquis et créant plus de synergie et de convergences avec les différentes initiatives entreprises au niveau africain et mondial, indique le secrétariat d’État dans un communiqué

Le Maroc assure actuellement, en la personne de Mme El Ouafi, le poste de président du Forum régional africain pour le Développement durable (FRADD), suite à son élection en avril 2019, lors de la 5ème session du FRADD, organisée les 17 et 18 avril 2019 à Marrakech, sous le Haut patronage de SM le Roi, sous le thème « donner des moyens d’action aux populations et assurer l’inclusion et l’égalité », rappelle-t-on de même source.

La secrétaire d’État est également vice-présidente du bureau de la conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE), suite à son élection à ce poste lors de 16ème session ordinaire de la CMAE, tenue du 12 au 16 juin 2017, à Libreville au Gabon.

Ce réseau des femmes ministres et hauts fonctionnaires de l’environnement pour l’Afrique, qui est hébergé par le Bureau Régional du programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE) en Afrique à Nairobi, a été lancé officiellement en 2015, à l’occasion de la 15ème session de la CMAE en Égypte. L’AFWMLE fait partie d’un Réseau mondial des Femmes ministres et hauts fonctionnaires de l’environnement (NWMLE).

Le réseau a mis en œuvre un plan d’action 2015-2017 qui a eu des résultats fructueux ayant trait notamment à l’appui à l’adoption de la politique de la CMAE sur le genre et la création du Réseau africain des femmes entrepreneures dans le secteur de l’énergie (WEE). Il a été renforcé en mars 2019 par le lancement du Réseau des Femmes Africaines Environnementalistes (NAWE), ajoute le communiqué.

L’AFWMLE sera en effet un outil pour garantir une prise de décision équilibrée en matière d’intégration de l’aspect genre dans le processus de mise en œuvre des politiques de l’environnement et du développement durable au niveau local, régional et global pour faire face aux défis environnementaux émergents notamment ceux liés aux effets pervers du Changement climatique.

Voir Aussi