ActualitésPologne, 100 bornes de recharge supplémentaires pour les voitures électriques d’ici 2020

Actualités

A people plugs an electric vehicle on February 13, 2017 in Godewaersvelde, northern France. / AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN
17 Mai

Pologne, 100 bornes de recharge supplémentaires pour les voitures électriques d’ici 2020

Varsovie – Le gouvernement polonais a annoncé, mercredi, avoir décidé l’installation de 100 bornes de recharge supplémentaires pour les voitures électriques d’ici 2020 et d’exonération de taxes de stationnement pour les propriétaires de voitures électriques, outre la location de ces véhicules pour une durée déterminée et à des prix encourageants.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pollution atmosphérique et le smog dans les grandes villes polonaises dus à l’utilisation intensive du charbon pour la cuisson et le chauffage, ainsi que dans certaines industries, explique le gouvernement dans un communiqué.

Selon la même source, l’exonération de taxes de stationnement pour les propriétaires de voitures électriques, vise à encourager l’acquisition des voitures respectueuses de l’environnement, silencieuses et n’émettant aucun polluant, ce qui contribuera à répondre aux normes de l’UE y afférentes.

Le communiqué a ajouté que la création de sociétés de location des voitures électriques permettra aux personnes ne pouvant pas acquérir des voitures électriques, d’utiliser ce type de transport, dans le cadre des actions menées par la Pologne pour réduire le parc de voitures à essence polluant dans toutes les villes du pays.

Voici par ailleurs le Bulletin de l’écologie de l’Europe orientale pour la journée du jeudi 17 mai 2018

Autriche:

En matière de politique environnementale, l’Autriche fait partie des pays européens qui se disent les plus concernés. La protection de l’environnement est un sujet particulièrement important pour la population et les décideurs fédéraux et régionaux.

Pour ce qui est de la qualité de ses eaux, l’Autriche fait office d’exemple à suivre en Europe, disposant de ressources hydrauliques non seulement en quantité mais aussi en qualité.

Grâce à de nombreuses stations d’épurations et d’égouts, la qualité des eaux de ses rivières et de ses nombreux lacs s’est considérablement améliorée ces dernières années.

Grèce :

La Grèce a de nouveau été classée deuxième au monde sur la liste des plages et des ports de plaisance ayant reçu le Pavillon Bleu 2018.

Pour cette année, 519 plages grecques (486 l’année passée), 15 ports de plaisance (12 en 2017) et un bateau de tourisme durable ont reçu le Pavillon Bleu.

La région de Chalcidique au nord de la Grèce, connue pour ses immenses péninsules, est la mieux dotée, puisque 89 de ses plages ont reçu le label Pavillon Bleu 2018.

Turquie :

La Turquie a commencé à exploiter sa deuxième unité flottante de gaz naturel liquéfié (FSRU), dans la province méditerranéenne de Hatay, avec 20 millions de mètres cubes de capacité d’émission par jour, selon le ministère de l’Énergie.

Le pays a pour objectif de réduire sa dépendance vis-à-vis des gazoducs à travers les FSRU, de sorte que ces unités sont amarrées dans des ports proches des régions où la consommation de gaz est plus élevée, minimisant les coûts d’investissement pour les lignes de transport et de distribution, ainsi que les coûts de transport avec les FSRU.

La première FSRU du pays a été lancée en décembre 2016 au large d’Aliaga (ouest), une unité disposant de 20 millions de mètres cubes de capacité d’émission par jour.

La deuxième unité dispose de 263.000 m3 de capacité de stockage de GNL, ce qui en fait la plus grande unité de stockage de GNL au monde et dispose d’environ 20 millions m3 de capacité d’émission quotidienne et contribuera beaucoup à la sécurité énergétique de la Turquie.

D’ici 2023, la Turquie aura augmenté sa capacité de stockage de gaz des installations de stockage de Silivri et de Salt Lake de 3,5 milliards m3 à 10 milliards m3 avec l’objectif de pouvoir stocker au moins 20% de la consommation annuelle de gaz afin d’avoir plus de sécurité énergétique.

Russie :

Le Sénat russe (chambre haute du parlement) a soutenu le projet de loi sur l’établissement d’un opérateur de déchets dangereux.

La commission des politiques, de la gestion de l’environnement et de l’alimentation agraires du Conseil de la Fédération de Russie a recommandé l’accélération de l’adoption du projet de loi fédérale portant modification de la loi sur l’Agence russe de l’énergie atomique « Rosatom » et de la loi fédérale sur la production et la consommation de déchets.

Cette décision a été prise à la suite d’une réunion du groupe de travail dédié en charge des mesures visant à assurer la gestion, la sécurité de la production et de la consommation de déchets (en particulier les déchets hautement dangereux).

Le groupe de travail a soutenu la fusion de Rosatom, opérateur fédéral de gestion des déchets hautement dangereux, et a discuté des détails de l’adoption des amendements appropriés à la législation existante.

Le projet de loi prévoit le développement de l’opérateur fédéral à partir des grandes lignes de la gestion des déchets dangereux de première classe, la mise en place d’un système d’information unifié de l’État en plus de la construction d’infrastructures pour le traitement et l’élimination des déchets dangereux.

Le projet de loi ne limite pas la concurrence et offre diverses options de financement, y compris des partenariats public-privé, conformément aux recommandations du ministère du Développement économique et de la Recherche universitaire et de la faculté des études économiques supérieures.

Voir Aussi