En vedetteReport du lancement d’un télescope à la recherche de planètes habitables dans l’espace

En vedette

Satellite
17 Avr

Report du lancement d’un télescope à la recherche de planètes habitables dans l’espace

Washington – La compagnie américaine privée de recherche scientifique sur l’espace, SpaceX, a annoncé lundi soir le report du lancement d’un nouveau télescope spatial très puissant dont la mission est de chercher des planètes potentiellement habitables dans l’espace.

Le lancement du télescope baptisé Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) était prévu depuis Cap Canaveral, en Floride, à 18h32 (23h32 GMT), où une fenêtre de 30 seconde aurait permis de propulsé l’engin dans l’espace.

« Les équipes de lancement renoncent pour aujourd’hui afin de mener des analyses supplémentaires concernant les (systèmes) de navigation et de contrôle », a expliqué SpaceX sur Twitter.

La prochaine fenêtre de lancement sera mercredi pour ce satellite d’une taille d’une machine à lavée, et au coût de 337 millions de dollars. Le telescope sera lancé par une fusée de type Falcon 9 mise au point par SpaceX.

TESS sera en mission pendant deux années, et devra passer au peigne fin la Voie lactée à la recherche d’exoplanètes gravitant autour des 200.000 étoiles brillantes qu’il sera appelé à scanner.

Selon la Nasa, propriétaire du projet, TESS se dirigera vers la lune d’où il aura une “meilleure vue” sur l’univers. Les scientifiques espèrent donc qu’il pourra détecter jusqu’à 20.000 exoplanètes, des planètes potentiellement vivables, qui surfent en dehors de notre Système solaire.

Jusqu’à présent, la Nasa a identifié plus de 3.700 exoplanètes grâce en grande partie à son télescope Kepler, lancé en 2009, qui en a catalogué 2.700.

Si la détection de 20.000 exoplanètes semble à première vue trop ambitieuse, il faut noter que la Voie lactée compte pas mois de 400 milliards d’étoiles brillantes autour desquelles pourraient graviter des planètes habitables en chiffre astronomique.

Les scientifiques estiment que notre galaxie compte au moins mille milliards d’exoplanètes, et ainsi la découverte de 20.000 d’entre elles serait une goutte d’eau dans un océan.

Comme Kepler, TESS utilise la méthode des transits, détectant des planètes quand elles passent devant leur étoile dont elles estompent momentanément la lumière. Cela permet entre autres d’en déduire la taille, la masse et l’orbite.

Voir Aussi