ActualitésLes reptiles australiens menacés par les espèces invasives et le changement climatique

Actualités

disparition especes reptiles australie AFP
20 Juil

Les reptiles australiens menacés par les espèces invasives et le changement climatique

Bangkok – Les reptiles australiens sont menacés par les espèces invasives et le changement climatique, a averti l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ajoutant que 7% de ces reptiles sont sur le point de disparaître.

Pratiquement toutes les espèces de reptiles d’Australie sont maintenant considérées comme menacées et qu’une sur 14 risquait de disparaître, a précisé l’UICN dans une version actualisée de sa « Liste rouge » des espèces menacées.

« Cette actualisation de la Liste rouge met en lumière la vulnérabilité des lézards et des serpents face à des espèces invasives venues d’ailleurs », a souligné Philip Bowles, coordonnateur des travaux sur les lézards et les serpents à l’UICN.

Quelque 975 espèces de reptiles d’Australie figurent actuellement sur la Liste rouge, a indiqué l’UICN, rappelant que la population de reptiles d’Australie représente près de 10% de toute la faune reptile mondiale.

Parmi les espèces invasives, les chats sauvages qui tuent à eux seuls environ 600 millions de reptiles chaque année dans le pays-continent. Un petit lézard proie pour ces chats (le « Grassland Earless Dragon ») a ainsi été déplacé de la catégorie « vulnérables » à la catégorie « menacées » sur la liste.

L’UICN cite également une autre espèce invasive, le crapaud-buffle venimeux, le plus grand crapaud du monde, originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du sud.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Asie-Océanie pour la journée du vendredi 20 juillet 2018:

Indonésie – Séisme

Un séisme de magnitude 5,8 a secoué jeudi la province indonésienne du Java oriental, située dans la partie ouest du pays, a annoncé l’agence météorologique et géophysique.

Le tremblement de terre a eu lieu à 19h23, heure locale. Son épicentre se trouvait à 161 km au sud-est du district de Malang de la province et son foyer se trouvait à 10 km sous le fond marin.

L’Indonésie est fréquemment secouée par des séismes du fait de sa situation sur la zone sismique appelée ceinture de feu du Pacifique.

Thaïlande-cigognes

Les habitants d’une localité rurale dans la province de l’Uttaradit (nord de la Thaïlande) ont été surpris par une invasion de milliers de cigognes d’Asie et d’hérons qui ont élu domicile sur les arbres et les toits des maisons.

Inquiétés par ce phénomène inédit, les habitants ont fait appel aux autorités locales pour traiter cette situation qui dure depuis près d’un mois. Les oiseaux migrateurs, dont certains paraissent malades, n’hésitent pas à se poser sur le sol et la chaussée à tel point de gêner la circulation.

Les habitants qui redoutent la transmission de maladies, telle la grippe aviaire, portent des masques et évitent le contact avec les oiseaux qui ne semblent pas pressé de partir.

Les autorités locales ont déclaré qu’ils vont faire appel à des spécialistes et experts pour tenter de percer ce comportement inhabituel de ces oiseaux migrateurs et déterminer s’il y’a des risques pour la santé publique.

Chine-faune

La région autonome du Tibet, habitat naturel de nombreuses espèces d’animaux sauvages dans le sud-ouest de la Chine, a dépensé 730 millions de yuans (109 millions de dollars) pour compenser les dommages causés aux habitants par des animaux sauvages, ont annoncé les autorités locales en charge des forêts.

Grâce à l’amélioration de l’environnement, les populations d’animaux sauvages sur le plateau ont augmenté, entraînant des interactions accrues avec les éleveurs et les agriculteurs, a indiqué Zongga, directeur adjoint du département régional des forêts.

Le gouvernement régional a commencé à tester le régime d’indemnisation en 2006 et l’a étendu à toute la région en 2010. La majeure partie des compensations ont été financées par le gouvernement, alors que le reste a été fourni par des sociétés d’assurance.

Cette mesure protège les intérêts des habitants dans le but d’éviter des actions de représailles contre les animaux sauvages, tels les ours, les yaks, les léopards et les moutons sauvage, a expliqué le directeur adjoint.

Les populations d’antilopes tibétaines et de yaks, deux espèces sous protection, ont augmenté pour atteindre respectivement 200.000 et 10.000 individus dans la région.

Voir Aussi