ActualitésLe Rwanda lance le premier laboratoire régional du climat et des gaz à effet de serre

Actualités

epa07213234 A woman collects plastic bottles while pigs feed at a landfill site in front of the biggest thermal power station in FYROM 'REK BITOLA' near city of Bitola, the Former Yugoslav Republic of Macedonia, 06 December 2018. The thermal power station 'REK BITOLA' is the biggest producer of electric energy in FYROM with production of over 50 percent of the total electricity produced in the whole country. At the same time 'REK BITOLA' is the biggest pollutant in FYROM and Bitola is the most polluted city in the country with over 180 days when the level of pollution is higher than the permitted levels. Some 40 percent of the people with cancer diseases in the country are from this region. At the same time, the World Health Organization (WHO) listed Skopje as the most polluted capital in Europe.  EPA-EFE/GEORGI LICOVSKI MACEDONIA OUT
14 Jan

Le Rwanda lance le premier laboratoire régional du climat et des gaz à effet de serre

Kigali – Le Rwanda vient de lancer le premier laboratoire régional du climat et des gaz à effet de serre afin de mesurer et de calculer les hydrofluorocarbures émises par le Rwanda et les pays de la région.

Mobilisant un investissement de plus de 2 millions dollars, ce laboratoire est doté du « système Medusa » qui permet de mesurer et d’analyser plus de 50 types de substances appauvrissant la couche d’ozone, rapporte lundi la presse locale.

Hébergé à l’Université nationale du Rwanda (UNR), cet observatoire est le fruit d’un partenariat entre le ministère de l’environnement, le ministère de l’éducation et l’Agence rwandaise de météorologie, indique-t-on.

D’après le ministre rwandais de l’éducation, Eugene Mutimura, « ce nouveau laboratoire offrira des données précises aux décideurs politiques sur les moyens d’atténuer les effets des changements climatiques ».

Ce centre sera dirigé par des experts en sciences de l’environnement de l’Université nationale du Rwanda, a-t-il indiqué, ajoutant que « ce projet contribuera à limiter la déforestation et son impact sur l’environnement, à contrôler les émissions de gaz à effet de serre et à réduire l’utilisation des combustibles fossiles ».

Le Rwanda est l’un des pays africains les plus vulnérables aux catastrophes naturelles dues aux effets des changements climatiques. Le pays est exposé à des catastrophes récurrentes dont notamment des pluies torrentielles, inondations, glissements de terrain et tremblements de terre.

Selon une enquête officielle publiée par le ministère de la Gestion des catastrophes, les désastres environnementaux survenues au Rwanda ont fait au moins 234 morts depuis le début de l’année 2018.

Au cours de l’année écoulée, plus de 15.200 logements et quelque 9.400 hectares de cultures ont été ravagés dans 15 districts les plus affectés par les aléas naturels, précise le même rapport.

D’après les autorités rwandaises, les désastres environnementaux survenus en 2018 ont causé, dans l’ensemble, des pertes économiques directes de 230 millions de dollars (204 milliards de francs rwandais).

Voir Aussi