En vedetteTunisie : un fonds de catastrophes naturelles à 20 millions d’euros

En vedette

La foudre tombe sur une ligne électrique, le 27 juillet 2006 à Toulouse. La canicule a cédé progressivement la place aux orages en France, mettant un terme à une longue période de fortes chaleurs qui a fait 65 morts, selon le dernier bilan des autorités sanitaires. AFP PHOTO LIONEL BONAVENTURE / AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE
01 Nov

Tunisie : un fonds de catastrophes naturelles à 20 millions d’euros

Tunis – Le ministre tunisien de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, Samir Taieb a annoncé mardi l’activation du fonds des catastrophes naturelles estimée à 60 millions de dinars (20 millions d’euros), au cours de l’année 2018.

Dans une déclaration à la presse en marge de l’ouverture du 13ème salon International de l’Agriculture, du Machinisme Agricole et de la Pêche (SIAMAP), il a indiqué que le gouvernement contribuera à financer ce fonds par une enveloppe de 20 millions de dinars en plus de la somme de 20 MD au titre de la contribution des agriculteurs, des pêcheurs marins et le reste en tant que contributions de la collectivité nationale.

Le projet de la loi de finances pour l’année prochaine stipule la création de ce fonds, note-t-il, rappelant qu’il a été revendiqué auparavant par les agriculteurs depuis plusieurs années.

*****

Alger, Les représentants de plusieurs pays méditerranéens ont tenu mardi une rencontre à Alger pour se concerter, avec la collaboration de la FAO, sur les meilleurs moyens d’assurer une pêche durable dans le bassin méditerranéen. Cette réunion s’inscrit dans le cadre du projet FAO-CopMed II qui est un projet de coopération pour la gestion des stocks halieutiques, entré actuellement dans sa deuxième phase après la première étape qui s’est étalée sur la période 1996-2005.

Cette 10ème réunion du Comité de coordination FAO-CopMed II vise à maintenir la durabilité de la pêche maritime dans la mer méditerranée centrale et occidentale, en tenant compte des problèmes environnementaux, biologiques, économiques et sociaux, a expliqué le Directeur général de la pêche auprès du ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Taha Hamouche, lors de cette rencontre.

*****

-. Le projet de formation et d’accompagnement d’une vingtaine de petites entreprises algériennes intervenant dans la valorisation des déchets, les énergies renouvelables et l’éco-construction a été lancé officiellement mardi à Oran.

Cette formation entre dans le cadre du projet de renforcement des capacités dans le domaine de l’environnement (PRCDE) entre le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables et la coopération technique Belge (CTB) Algérie.

Avec le soutien du ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables et la coopération technique belge, l’Association pour la promotion de l’entrepreneuriat et l’innovation (ASPEIN), qui assure cette formation, propose à 20 petites entreprises d’Oran un accompagnement gratuit pour le renforcement de leurs capacités et la construction d’une « parole commune ».

*****

-. La ministre algérienne de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati, a examiné la possibilité de développer des pistes de partenariat avec l’Allemagne dans le domaine de l’environnement et des énergies renouvelables.

Lors d’une rencontre avec l’ambassadeur d’Allemagne à Alger, Mme Zerouati a précisé que son pays bénéficie annuellement de 3500 heures de soleil, se félicitant du « travail qui se fait en matière de biodiversité et de gestion des déchets et qui rentre dans le cadre de la coopération entre l’Algérie et l’Allemagne à travers l’Agence allemande de coopération internationale».

Voir Aussi