En vedetteLe volcan Popocatepetl crache une colonne de cendres à une hauteur de 1,4 kilomètre

En vedette

epa06490922 A view of the eruption of the Volcan de Fuego, seen from the municipality of Alotenango, Sacatepequez, Guatemala, 01 February 2018. The first eruption of this year of the Volcan de Fuego, located about 50 kilometers from the capital of Guatemala, ended today after 20 hours of activity that forced the evacuation of 280 students from their schools.  EPA-EFE/ESTEBAN BIBA
22 Oct

Le volcan Popocatepetl crache une colonne de cendres à une hauteur de 1,4 kilomètre

Mexico- Le volcan Popocatepetl, situé près de la capitale Mexico, a craché récemment une colonne de cendres à une hauteur de 1,4 kilomètre, rapporte la Direction générale de la défense civile de l’État de Puebla.

D’après les données du département, le nuage de cendres se dirigeait vers l’État de Mexico. Les autorités du pays n’ont pas demandé aux résidents locaux d’évacuer.

Peu de temps avant le début des émissions de cendres, un séisme avait été enregistré dans la zone du volcan. Selon le service sismologique national du Mexique, l’épicentre se situait à proximité du Popocatepetl, à une profondeur de 9 kilomètres.

Il n’est pas précisé s’il y a un lien direct entre le séisme et l’activité volcanique.

Auparavant, deux éruptions du Popocatepetl avaient également été enregistrées au cours de cette semaine, comme l’écrivent les médias locaux.

Le Popocatépetl est sous haute surveillance. Des instruments mesurent en permanence la force de ses secousses et la déformation de ses parois.

 

Par ailleurs, Voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée du lundi 22 octobre 2018.

Nations-Unies :

Le commerce international offre des opportunités uniques pour aider à relever les défis environnementaux croissants tout en favorisant la prospérité économique et sociale. Des relations commerciales ouvertes, prévisibles et équitables entre pays peuvent accélérer la diffusion mondiale de solutions technologiques respectueuses de l’environnement et faciliter la création et l’expansion de marchés pour des produits durables, indique un rapport publié par ONU Environnement et l’Organisation mondiale du Commerce (OMC).

En outre, compte tenu des effets croissants du changement climatique et de la rareté des ressources – ressentie à des degrés divers dans les différentes parties du monde – le commerce a un rôle important à jouer dans le renforcement de la résilience environnementale.

Cette co-publication de l’OMC et d’ONU-Environnement examine l’interaction entre le commerce et l’environnement et identifie des moyens de garantir que commerce et environnement sain se renforcent mutuellement.

Il souligne la nécessité d’une action coordonnée, ainsi que de politiques et d’institutions adaptées aux besoins, pour accroître la contribution du commerce à un environnement meilleur et plus résistant.

Le rapport illustre la manière dont l’Organisation mondiale du commerce et l’ONU-Environnement collaborent pour aider les pays à identifier les possibilités d’utiliser le commerce de manière proactive pour promouvoir la durabilité et la prospérité, ainsi que pour renforcer la coopération internationale dans l’intérêt de tous.

 

Panama:

– La deuxième session du Open Science Forum en Amérique latine et dans les Caraïbes se tient lundi dans la capitale panaméenne, avec la participation d’experts, de scientifiques, d’acteurs environnementaux ainsi que d’organisations régionales pour débattre des moyens de mettre en œuvre des politiques répondant aux besoins et aux défis du programme de développement durable à l’horizon 2030.

« Villes durables », « Bioéconomie », « Villes et protection de l’écosystème » seront les principaux thèmes abordés par les participants à ce forum régional, qui a tenu sa première session à Montevideo en 2016.

Cet événement régional de trois jours offre aux acteurs impliqués dans le développement durable, tels que les gouvernements, les universitaires, les entrepreneurs, la société civile et les médias, un débat sur le rôle de la science, de la technologie et de l’innovation dans la réalisation du développement durable en Amérique latine et dans les Caraïbes, ainsi que l’élaboration d’un programme régional.

Canada:

Le mouvement écologiste Équiterre a appelé la ministre canadienne de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, à accélérer le processus d’interdiction envisagée au Canada des principaux néonicotinoïdes.

Ottawa terminera en novembre ses consultations publiques sur sa proposition d’interdire trois de ces insecticides (imidaclopride, thiaméthoxame et clothianidine) dits systémiques, car absorbés par les plantes et transportés vers tous leurs tissus. Ils sont ainsi responsables de l’effondrement des populations d’abeilles dans le monde.

L’interdiction canadienne proposée entrerait en vigueur dans trois à cinq ans après la décision formelle, qui pourrait n’être prise qu’en 2020.

Pour le directeur général d’Équiterre, Sidney Ribaux, ce délai est incompréhensible, rappelant l’interdiction complète de tous les néonicotinoïdes entrée en vigueur le mois dernier en France ainsi que l’interdiction européenne à venir, qui prévoit la fin de l’utilisation extérieure des trois principaux « néonics » d’ici la fin de l’année.

Dans une lettre ouverte adressée à la ministre Petitpas Taylor, M. Ribaux écrit que ce délai va « à l’encontre de -son- mandat de protéger notre santé et celle de notre environnement ».

« Si un médicament était connu pour entraîner des effets secondaires graves, serait-il laissé sur les tablettes pendant plusieurs années? », peut-on lire dans la lettre d’Équiterre adressée à la ministre canadienne de la Santé.

Voir Aussi