ActualitésNorvége: le gouvernement attribue un total de 3 millions de couronnes au projet « GoNorth »

Actualités

Le gouvernement norvégien attribuera un total de 3 millions de couronnes au projet "GoNorth"
02 Mar

Norvége: le gouvernement attribue un total de 3 millions de couronnes au projet « GoNorth »

Oslo, Le gouvernement norvégien attribuera un total de 3 millions de couronnes au projet « GoNorth », afin d’approfondir la recherche dans les zones maritimes au nord de Svalbard.

« Nous constatons un intérêt international croissant pour l’Arctique, et il est important que la Norvège soit présente et renforce sa connaissance des régions avoisinantes. Grâce au projet GoNorth, il y aura des opportunités pour tester et développer de nouvelles technologies environnementales et de navigation », a déclaré le ministre des Affaires Iselin Nybø.

Bon nombre de pays partagent un intérêt pour l’océan Arctique et collaborent dans la recherche et au financement. GoNorth prévoit trois missions de recherche, deux avec l’Allemagne et la Suède. GoNorth bénéficie du soutien du ministère du commerce et de l’industrie, du ministère de l’éducation et de la recherche et du ministère des affaires étrangères pour les travaux d’organisation, de financement et de lancement du projet de recherche.

« Avec ce projet, nous contribuons à renforcer une expertise déjà solide dans l’océan arctique, a déclaré la ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide.

Cela contribuera à faire de la Norvège l’un des principaux gestionnaires de l’environnement et des ressources naturelles du Grand Nord. Le projet contribuera au développement d’une base de connaissances norvégienne dans ce domaine et se concentrera principalement sur la recherche. Les sujets pertinents peuvent inclure la surveillance environnementale et les technologies environnementales, les véhicules autonomes, les matériaux adaptés à l’Arctique, les technologies de communication et de navigation, et la compréhension des forces des glaces et de la mécanique des glaces.

« Les zones marines des régions polaires sont les moins explorées en termes de biologie, d’écologie et de ressources. De nouvelles connaissances à ce sujet sont donc très importantes, y compris en ce qui concerne le changement climatique », explique le ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, Henrik Asheim.

Le projet est dirigé par Sintef et 13 universités et instituts de recherche y participent.

Voir Aussi