ActualitésL’objectif « zéro émissions nettes » objet d’un « examen attentif » avant l’examen de l’expansion…

Actualités

11 Mai

L’objectif « zéro émissions nettes » objet d’un « examen attentif » avant l’examen de l’expansion de l’aéroport de Heathrow

Londres – La décision de la Grande-Bretagne d’adopter un objectif « zéro émissions nettes » et la déclaration d’une urgence climatique au parlement feront l’objet d’un « examen attentif » avant de décider d’examiner ou non l’expansion de l’aéroport de Heathrow, a annoncé le gouvernement.La nouvelle approche est bien loin de tout engagement à annuler l’élargissement de l’aéroport, mais implique d’accepter ou de rejeter la demande de révision, en plaçant l’objectif « zéro émissions nettes » et l’urgence climatique parmi les critères, a précisé le gouvernement dans une lettre adressée au groupe environnementaliste Plan B.

Les militants écologistes ont salué cette promesse. « Nous sommes heureux de voir le gouvernement prendre au sérieux notre demande de révision de l’agrandissement de l’aéroport de Heathrow. Le gouvernement peut soit prendre les mesures nécessaires pour éviter le dérèglement climatique, soit s’en tenir à la situation habituelle et développer l’aviation, mais il ne peut pas choisir les deux à la fois », a déclaré le président du groupe environnementaliste Tim Crosland.

Cette lettre est également l’un des premiers indices de la manière dont l’objectif « zéro émissions nettes », recommandé par le Comité sur le changement climatique (CCC) et le vote du Parlement pour reconnaître une urgence climatique, pourraient être pris en compte à l’avenir par les services civils donnant des avis aux ministres sur des questions clés telles que les transports et les infrastructures.

Le gouvernement britannique s’apprête à annoncer son nouveau plan « zéro émissions nettes » d’ici 2050, après avoir annoncé son adhésion aux recommandations du CCC visant à réduire l’objectif climatique actuel à « zéro émissions ».

Selon le rapport de la CCC, il est techniquement et économiquement réalisable d’atteindre cet objectif à l’horizon 2050, étant donné que le coût du nouvel objectif pourrait représenter 1 à 2% du PIB du pays en 2050, soit le même coût estimé par le gouvernement britannique en fixant l’objectif de 80% il y a plus d’une décennie.

Voir Aussi