ActualitésLe bruit des éoliennes provoque le recours aux somnifères

Actualités

epa06702729 Wind turbines in Taichung, western Taiwan, 30 April 2018. On 30 April 2018, Taiwan's economics ministry awareded contract to seven foreign companies to build a total of 11 offshore wind farms off Taiwan's west coast. The winners include German wind farm developer wpd AG, Danish firm Orsted and fund manager Copenhagen Infrastructure Partners, Canada's Northland Power, and a consortium involving Australian financial firm Macquarie Corp. President Tsai Ing-wen's government has vowed by phase out nuclear power by 2025 by making renewable energy account for 20 per cent of Taiwan's electricity, or 5.5 GW.  EPA-EFE/DAVID CHANG
14 Mar

Le bruit des éoliennes provoque le recours aux somnifères

Copenhague – Une récente étude danoise a révélé que les personnes de plus de 65 ans sont plus susceptibles de prendre certains types de médicaments, notamment les somnifères, si elles vivent à proximité d’éoliennes.

L’étude menée par la Société danoise du cancer fait ressortir que les personnes de plus de 65 ans vivant près des éoliennes sont plus susceptibles de prendre des antidépresseurs ou des somnifères.

L’une des conclusions de cette recherche établit un lien clair entre l’utilisation de médicaments et le niveau de bruit des éoliennes, a déclaré Aslak Harbo Poulsen, chercheur à la Société danoise du cancer.

« Nos études ont montré qu’il existait, certainement chez les personnes âgées, un lien entre le bruit des éoliennes pouvant être mesuré à l’extérieur et la probabilité d’utiliser une ordonnance pour le traitement de la dépression ou des troubles du sommeil », a expliqué M. Poulsen.

Les participants à l’étude âgés de plus de 65 ans et exposés la nuit à plus de 42 décibels de bruit constituaient la catégorie la plus affectée. Les personnes de moins de 65 ans ne montrent pas la même tendance.

L’étude n’a établi aucune preuve concluante d’un lien entre l’exposition à court ou à long terme au bruit des éoliennes et les embolies du cœur ou des accidents vasculaires cérébraux.

Aucun lien n’a été trouvé non plus entre l’exposition à long terme au bruit des éoliennes et le diabète tardif.

« Il est positif que cette recherche approfondie et à long terme soit maintenant terminée. Le public, les politiciens locaux et le secteur de l’énergie éolienne l’attendaient depuis longtemps », a affirmé Henrik Winther, directeur de l’Association danoise de l’énergie éolienne.

« L’ensemble de l’étude a donc rempli son objectif politique : fournir davantage de connaissances, ce qui peut contribuer à atténuer les inquiétudes de certains », a-t-il ajouté.

Lancée en 2014, cette étude est la plus complète de ce type au Danemark. Elle a été financée par le ministère de la Santé, le ministère de l’Environnement et de l’alimentation et le ministère de l’Énergie, des services publics et du climat.

BI.

Voir Aussi