ActualitésEspagne: Les émissions de GAS en augmentation de 4,4% en 2017

Actualités

Emissions de gaz à effet de ser
11 Juil

Espagne: Les émissions de GAS en augmentation de 4,4% en 2017

Madrid – Les émissions de gaz à effet de serre ont atteint 338,8 millions de tonnes en Espagne en 2017, ce qui représente une augmentation de 4,4% par rapport à 2016 et la plus forte hausse en glissement annuel depuis 2002, selon les données du gouvernement.

Le secteur de l’électricité est le principal responsable de cette augmentation des émissions, relève la même source, précisant que la production d’électricité à augmenté dans les centrales au charbon et celles à cycle combiné à gaz, dans une année de sécheresse durant laquelle la production de l’énergie hydraulique a diminué de 49%.

La même source note une augmentation aussi des émissions du secteur industriel (+3,2%), du transport routier (+2,5%) et de l’agriculture (+2,9%) qui ont également contribué à cette hausse des émissions.

Voici, par ailleurs, le bulletin de l’écologie de l’Europe Occidentale pour la journée du mercredi 11 juillet 2018:

Paris – Le président Emmanuel Macron a appelé récemment les banques françaises à appliquer dans leurs activités de gestion d’actifs un cadre défini par six grands fonds souverains visant à mieux intégrer le dérèglement climatique à leur politique d’investissement.

Les fonds d’Abou Dhabi, d’Arabie Saoudite, du Koweït, de Norvège, de Nouvelle-Zélande et du Qatar ont présenté ce cadre ou « guide de bonnes pratiques » au président français et espèrent que d’autres acteurs financiers les rejoindront.

« Si nous savons bien procéder – et nous y mettrons notre force et notre entrain – il faut faire de ce document le standard et réussir à avoir une stratégie de +name and shame+, qui pousse à valoriser les asset managers qui rejoindront cette stratégie et à un peu stigmatiser ceux qui refusent », a dit le chef de l’Etat français lors d’une conférence de presse à l’Elysée au côté de la Première ministre de Norvège, Erna Solberg.

« Nous avons à cet égard en France plusieurs asset managers, dont les banques sont actionnaires, et dont je souhaite qu’ils puissent se joindre à cette initiative, et nous allons les encourager, et nous ferons pareil au niveau européen comme avec les asset managers de tous les continents », a-t-il ajouté.

Un point d’étape sur les engagements du One Planet Summit, dont cette action des six fonds est un des résultats, sera fait le 26 septembre à New York.

+ + + + + + +

Bruxelles – Les différents parlements de Belgique se sont entendus mardi pour demander à l’Union européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre au-delà de l’objectif déjà convenu de -40% d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990, rapporte l’agence Belga.

Une précédente version de cet accord envisageait un objectif plus ambitieux de -55%, mais cette barre était trop élevée par le parti nationaliste flamand N-VA et les libéraux du MR et de l’Open Vld, faisant partie de la coalition gouvernementale, qui mettaient en garde contre les répercussions économiques.

L’accord final prévoit de demander à l’Union européenne un objectif de réduction de « plus de 40% » de façon volontariste. Pour 2050, les émissions devraient être réduites de 95%. Des analyses d’impact sur l’économie, l’environnement et le tissu social sont également réclamées.

Cet avis, contenu dans une résolution interparlementaire qui devra encore être approuvée par les différentes assemblées du pays, était attendu en vue de la prochaine conférence mondiale sur le climat, qui se tiendra en décembre à Katowice.

Cette conférence annuelle doit permettre de relever les objectifs convenus dans l’accord de Paris, sous peine de ne pouvoir contenir le réchauffement climatique planétaire sous la barre des +2°C.

+ + + + + + +

Lisbonne – Le ministre de l’Environnement, João Pedro Matos Fernandes, a souligné que l’on ne peut à aucun moment faire preuve d’indulgence en matière de respect de l’accord de Paris.

« Pour que l’accord de Paris soit réalisé, afin d’arriver à la fin du siècle avec une planète à seulement un degré et demi au-dessus de la température de l’ère industrielle, nous ne pouvons jamais être indulgents. C’est la responsabilité de tous. Et en ce qui ce gouvernement, je peux dire que nous respectons les objectifs et nous allons atteindre à l’horizon 2030, notre objectif de décarbonisation, qui est une réduction de 30% des émissions », a-t-il dit lors d’une conférence sur le changement climatique à Porto.

João Matos Fernandes a déclaré que « le Portugal a été l’un des premiers pays au monde » à s’engager à respecter l’objectif d’ »être neutre en carbone en 2050″.

« Pour avoir une idée de ce que cela signifie, nous avons une capacité d’absorption de gaz carbonés 10 mégatonnes par an, et l’année dernière, nous avons émis 68 mégatonnes/an. Nous devons arriver à 2050, en réduisant de sept à un nos émissions. Ceci est bien plus qu’une réforme structurelle, c’est un défi transformationnel », a-t-il déclaré.

Voir Aussi