ActualitésVestas reçoit au Panama une commande pour le parc éolien de 66 MW de Toabré

Actualités

Post_11_VestasLogo
21 Juin

Vestas reçoit au Panama une commande pour le parc éolien de 66 MW de Toabré

Copenhague – Le fabricant danois des éoliennes Vestas a reçu pour la première fois au Panama une commande pour le parc éolien de 66 MW de Toabré, qui soutiendra l’ambition du Panama d’obtenir la moitié de son électricité à partir de 2050.

La commande, passée par Elecnor et inclut 20 V117-3.45 Turbines MW, livrées en mode 3,3 MW optimisé en charge, étend la portée mondiale de Vestas, qui comprend actuellement des éoliennes dans 79 pays différents, et souligne la demande croissante d’énergie éolienne dans les économies émergentes.

« Vestas continue de développer sa présence en Amérique latine grâce à ses solutions d’énergie éolienne leaders sur le marché et soutient les nombreux pays d’Amérique latine qui accélèrent la transition vers les énergies renouvelables en s’associant avec un client expérimenté comme Elecnor, qui partagent notre vision », a affirmé Enric Català, directeur des ventes chez Vestas Amérique Latine.

« Nous sommes convaincus que le projet fournira l’énergie durable à faible coût qui aidera Elecnor et le Panama à atteindre leurs objectifs en matière d’énergie renouvelable », a-t-il souligné.

Elecnor assurera l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction du projet, qui sera situé dans les régions de Penonomé et d’Antón, dans la province centrale de Coclé.

La livraison des turbines est prévue pour le premier trimestre de 2019, avec une mise en service prévue au dernier trimestre de 2019.

.- Les déchets des sociétés pharmaceutiques danoises Novo Nordisk et Novozymes, qui produisent de l’insuline et des enzymes, seront envoyés à la centrale d’Asnæs située dans le nord-ouest du Danemark pour être transformés en biogaz.

En début de semaine, la plus grande usine de biogaz du Danemark a été officiellement inaugurée. Située dans la petite ville d’Asnæs, en Zealand, la centrale est en construction depuis près d’un an.

« Kalundborg Bioenergy est un exemple fantastique de la manière dont nous pouvons extraire de la valeur des résidus et des sous-produits. Novo Nordisk et Novozymes produisent de l’insuline et des enzymes à Kalundborg, qui sont vendus dans le monde entier. Désormais, les résidus et les sous-produits seront transformés en énergie et en engrais dans une usine locale », a déclaré Thomas Dalsgaard, directeur général du groupe à Ørsted, qui, avec la société Bigadan, est responsable de la mise en place de la centrale.

La nouvelle usine traitera environ 30 000 tonnes de biomasse provenant des deux géants pharmaceutiques et l’utilisera pour produire suffisamment de biogaz pour couvrir la consommation de 5 000 ménages.

.- La société danoise Grundfos Manufacturing a fait don d’un système complet d’eau solaire SQFlex à Londoni, un village très pauvre au cœur de la Tanzanie où l’eau est très rare.

L’installation du système solaire SQFlex, qui a débuté en 2010, rendra l’eau disponible pour tout le village et ses environs et fournira de l’eau aux habitants pour l’irrigation.

L’initiative permettra d’apporter de l’eau dans une partie défavorisée de l’Afrique, améliorer le niveau de vie général, sauver des vies parmi la population jeune du village et créer des possibilités de cultures supplémentaires grâce à l’irrigation.

Le système consiste en une alimentation en eau à point unique avec une pompe de forage submersible alimentée en énergie à partir de panneaux solaires.

Selon ses concepteurs, SQFlex est l’alternative durable, fiable et économique idéale aux solutions d’approvisionnement en eau irrégulières et coûteuses dans des endroits éloignés comme le village de Londoni.
.-Stockholm- Le coup d’envoi des travaux de la première usine pilote d’HYBRIT pour la création d’acier sans fossiles a été donné, mercredi à Luleå, par le Premier ministre suédois, Stefan Löfven,

L’usine, propriété des sociétés suédoises SSAB, LKAB et Vattenfall avec l’Agence suédoise de l’énergie, a nécessité un investissement de 1,4 milliard de couronne et devrait être prête d’ici 2020.

L’installation a reçu le feu vert cet hiver pour passer de l’étude de faisabilité à l’usine pilote. Le démarrage de la construction signifie que l’initiative HYBRIT entre maintenant dans sa deuxième phase, avec des possibilités d’essais à grande échelle et de développement de la technique de production d’acier en utilisant de l’hydrogène au lieu du charbon et du coke.

« En testant à l’échelle pilote, nous pouvons laisser l’environnement de laboratoire à petite échelle imiter le processus industriel à venir, et préparer une production efficace. Nous sommes très heureux de pouvoir entrer dans la phase suivante et de nous rapprocher de notre objectif de production d’acier sans fossiles, avec tous ses avantages environnementaux », a affirmé Mårten Görnerup, CEO d’HYBRIT.

HYBRIT a le potentiel de réduire les émissions totales de dioxyde de carbone de la Suède de 10%, et celle de la Finlande de 7%. De plus, elle a un potentiel global de réduction des émissions de dioxyde de carbone. Ce changement technologique a été décrit comme crucial pour que la Suède puisse atteindre les objectifs fixés dans l’accord de Paris.

HYBRIT est une co-entreprise, détenue par trois sociétés, SSAB, LKAB et Vattenfall, qui vise à être le premier au monde à développer un procédé industriel pour la production d’acier à base de minerai sans fossiles.

Le projet a été lancé au printemps 2016 et l’objectif est d’avoir un processus industriel en place d’ici 2035.

Le projet a déjà reçu un soutien financier de l’Agence suédoise de l’énergie à trois reprises, pour deux études de faisabilité et un projet de recherche. L’Agence suédoise de l’énergie verserait 528 millions de couronnes à l’usine pilote, dans laquelle les trois sociétés détentrices investiraient 830 millions de couronnes supplémentaires.

« La production d’acier sans fossiles commence dans la mine, nous travaillons intensément sur la manière dont la future usine de pelletisation devrait être construite pour trouver un processus de production économe en énergie. Le défi pour LKAB dans HYBRIT est de développer des pastilles de réduction directe sans dioxyde de carbone. C’est là que l’usine pilote jouera un rôle crucial, avant que nous puissions le porter à l’échelle industrielle », a expliqué Jan Moström, président et chef de la direction de LKAB.

« En commençant à construire l’usine pilote, où nous développerons et étendrons la technologie pour la production d’acier sans fossiles, nous franchissons une étape importante vers l’objectif de SSAB d’être sans fossiles d’ici 2045 », s’est de son côté félicité Martin Lindqvist, président et chef de la direction de SSAB.

Magnus Hall, président et chef de la direction de Vattenfall, a pour sa part relevé que sa compagnie « veut permettre de vivre sans fossiles en une génération. Aider la production d’acier à changer est l’une des contributions les plus importantes que nous puissions apporter. En utilisant notre électricité sans fossiles pour la production d’hydrogène à grande échelle, nous pouvons permettre des changements techniques qui auront un grand impact sur les émissions climatiques ».
.- Le gouvernement suédois s’est félicité de la proposition de la Commission européenne d’introduire des objectifs européens plus stricts pour les émissions moyennes de CO2 des nouveaux véhicules légers, mais estime que l’ambition de la Commission en matière d’objectifs d’émissions est trop faible.

« Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, d’importantes réductions des émissions dans le secteur des transports seront nécessaires. La Suède a adopté un objectif national visant à réduire les émissions provenant des transports intérieurs d’au moins 70% d’ici à 2030, par rapport aux niveaux de 2010 », indique mercredi un communiqué du ministère de l’Environnement.

Pour ce faire, poursuit la même source, des réglementations européennes ambitieuses en matière de transport sont essentielles. À la fin de l’année dernière, la Commission a proposé de nouveaux objectifs contraignants pour les émissions des voitures neuves et des véhicules utilitaires légers.

La Commission propose, entre autres, que d’ici 2025, les émissions de CO2 des nouveaux véhicules légers devraient être inférieures de 15% à celles de 2021, que d’ici 2030, les émissions devraient être inférieures de 30% à celles de 2021, et qu’à partir de 2021, les cibles d’émissions devraient être basées sur la nouvelle procédure d’essai mondiale des véhicules légers harmonisés (WLTP), qui représente mieux les profils de conduite quotidiens que la méthode actuelle.

La proposition a été examinée par des agences suédoises et, d’après leur analyse, le gouvernement a conclu que les objectifs pour 2025 et 2030 doivent être considérablement plus élevés que ceux que la Commission propose.

« Cette proposition est beaucoup trop faible pour nous permettre d’atteindre nos objectifs efficacement. Le gouvernement veut voir un niveau d’ambition beaucoup plus élevé », a déclaré la ministre de l’Environnement Karolina Skog.

La Suède estime que les objectifs devraient être une réduction de 25% d’ici 2025 et une réduction de 50% d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2021.

Mme Skog devrait tenir des consultations avec la commission parlementaire des affaires européennes sur les propositions du gouvernement en prévision des discussions des ministres européens de l’environnement sur les nouveaux objectifs lors du Conseil Environnement de Luxembourg le 25 juin.

*******************************

.-Reykjavik- Il semble y avoir plus de poussins et d’œufs de gerfaut en Islande ce printemps qu’à tout autre moment depuis le début des années 1980.

Le vol d’œufs de gerfaut par les humains a été un problème endémique en Islande, mais les caméras de sécurité nouvellement installées ont réussi à éloigner les voleurs.

« Je peux difficilement penser à une saison aussi productive pour les faucons depuis que nous avons commencé à les suivre en 1981 », a déclaré Ólafur Karl Nielsen, écologiste à l’Institut islandais d’histoire naturelle qui s’occupe du marquage des poussins dans le nord-est.

Il a expliqué que des conditions météorologiques favorables en hiver et au printemps ainsi qu’une augmentation du nombre de lagopèdes ont stimulé la reproduction parmi les oiseaux.

Beaucoup de couples qu’Ólafur a visités ont quatre oisillons dans le nid, tandis qu’un nid en avait cinq.

Alors que près de 40 poussins ont été marqués, Ólafur s’attend à ce que leur nombre atteigne entre 90 et 100.

« C’est-à-dire que si la productivité est la même dans les nids que je connais, nous devons toujours nous diriger vers les nids que nous avons déjà visités », a-t-il indiqué.

Par le passé, une soixantaine de poussins ont été marqués par an.

Les faucons gerfauts sont recherchés parmi les éleveurs et les fauconniers. Ils sont assez chers à l’achat, ce qui rend leurs œufs sujets au vol d’êtres humains.

Icelandic Gyrfalcon Centre a recueilli des fonds ce printemps pour acheter des caméras de sécurité sensibles au mouvement afin de protéger les nids contre les voleurs potentiels.

Depuis que les appareils ont été installés, rien n’indique qu’il y a eu un vol d’œufs.

Voir Aussi