ActualitésLa Filière Bio: approche environnementale pour une croissance soutenue

Actualités

Étendage du système
30 Juin

La Filière Bio: approche environnementale pour une croissance soutenue

Par Karima El Otmani

Casablanca – La filière Bio se veut un nouveau vecteur de promotion du développement durable, consacrant l’approche environnementale vers une économie nationale inclusive, intégrée et soutenue.

L’agriculture constitue une composante fondamentale du tissu économique marocain et celle relevant de la filière biologique appuie encore cette importance avec la création d’une offre diversifiée répondant à une demande qui met en avant de nouveaux produits et de nouveaux modes de consommation.

Cette volonté a été matérialisée dans la stratégie de développement de cette filière dans un cadre contractuel avec les professionnels avec la promulgation de la loi 39-12 relative à la production biologique des produits agricoles et aquatiques.

En effet, l’importance accordée par le Département de l’agriculture au développement de produits agricoles bio et écologiques émane, d’une part, de la biodiversité et des potentialités réelles dont regorge le pays en matière d’écosystème propice et, d’autre part, de la demande de consommation croissante de ces produits naturels.

La bio, diminutif signifiant « issu de l’agriculture biologique », renvoie à la production agricole qui favorise les matières premières naturelles et bannit les additifs, engrais et autres pesticides artificiels. Elle est devenue plus large en intégrant de nombreux produits bio dans différents canaux de distribution: du producteur local au supermarché, en passant par les boutiques spécialisées et les marchés.

Les filières biologiques ont la particularité de regrouper différents acteurs sur des circuits courts et de proposer une large diversité de produits. Le respect de l’environnement et du « cycle du vivant » sont deux grandes caractéristiques de ces filières.

Les agriculteurs certifiés BIO se doivent de respecter « les cycles du vivant » et ne pas introduire de pesticide ni aucun engrais chimique tout au long du process. Ainsi, dans une logique de préservation des sols, les agriculteurs effectuent des rotations régulières de culture et réduire, par le truchement de solutions naturelles, l’impact des parasites afin d’avoir une production assez importante pour être rentable.

Au Maroc, le contrat-programme visant le développement de la filière biologique, signé en marge du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) 2011 par le gouvernement et l’Association marocaine de la filière des productions biologiques (AMABIO), a ambitionné d’étendre les superficies cultivées en biologique pour atteindre 40.000 ha à l’horizon 2020 (soit 400.000 tonnes en production végétale) et 8.500 tonnes de produits d’origine animale.

En outre, il prévoit la création de 35.000 emplois permanents, le développement des exportations pour atteindre 60.000 tonnes en 2020 tout en consolidant les acquis du Maroc au niveau des marchés traditionnels, la conquête de nouveaux marchés demandeurs et prometteurs et l’accroissement des rentrées en devises, à travers l’augmentation du volume des exportations pour atteindre 800 millions de dirham (MDH) en 2020.

Dans ce cadre, l’organisation du 1er Salon Bio Expo Maroc 2019 (21-23 juin), à l’initiative de l’association « Agissons Vert » et le club des Entrepreneurs BIO (CEBIO, créé en septembre 2018), témoigne de la ferme volonté de fédérer les efforts de tous les acteurs de la filière à travers la promotion des échanges entre professionnels et consommateurs et le débat autour des grands enjeux de la filière biologique.

De surcroit, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) est disponible pour accompagner cette dynamique, veille à créer plus d’entreprises opérant dans le secteur, à mettre en place de fonds d’investissement, sensibiliser le consommateur pour mettre en valeur le marché national et à valoriser les exportations.

Le chef du patronat marocain Salaheddine Mezouar a plaidé, à l’occasion de ce salon, pour le lancement d’initiatives fortes en vue de soutenir cette filière notamment via la mise en place d’un fonds d’investissement en faveur du Bio, de l’aide à l’export et de filières d’excellence.

Voir Aussi