ActualitésGrèce : La capacité de production de l’énergie éolienne augmente de 1,5 pc durant le premier…

Actualités

eolienne
17 Juil

Grèce : La capacité de production de l’énergie éolienne augmente de 1,5 pc durant le premier semestre de l’année 2018

Varsovie – La capacité de production de l’énergie éolienne en Grèce a augmenté de 1,5 pc, soit 39,2 mégawatts durant le premier semestre de l’année 2018, ce qui porte le volume total à 2690,5 mégawatts à fin juin dernier, selon un rapport du ministère grec de l’énergie qui note que la région centrale de la Grèce produit 33,4 pc de l’énergie éolienne nationale.
Par ailleurs, voici le Bulletin de l’écologie de l’Europe orientale

Pologne :

Le ministère polonais de l’Environnement a indiqué que plus de 200 000 tonnes de déchets ont été importés de pays étrangers au cours du premier semestre de cette année, contre 377 000 l’an dernier et 154 000 tonnes en 2015.

Selon un communiqué du ministère de l’Environnement publié lundi, le pays compte plus de 10 000 sociétés spécialisées dans le traitement et le stockage des déchets, notant que la non réglementation de ce secteur porte préjudice à l’environnement.

Le ministère a souligné que de nouveaux amendements législatifs, actuellement soumis au Parlement stipulent l’interdiction de l’importation de déchets qui ne peuvent être traités et la mise en chantier d’un train de mesures destinées à mieux contrôler les importations et le stockage de déchets, ainsi qu’à punir les infractions.

Les nouveaux amendements prévoient davantage d’opérations d’inspection des décharges et des contrôles obligatoires des sites d’enfouissement. Il ne sera plus possible d’importer les déchets qui ne peuvent être recyclés et toutes les entreprises devront verser une garantie financière afin de les dissuader de se débarrasser des déchets.

Russie:

Un groupe de scientifiques russes d’Ekaterinbourg a développé des produits de micro-nettoyage à base d’ingrédients naturels, tels que pommes et tournesols. Lancée en 2012, la startup BioMicroGel fabrique des détergents respectueux de l’environnement qui peuvent aussi bien servir à faire la vaisselle qu’à résorber les épanchements d’huiles industrielles.

Ces produits peuvent contribuer à lutter contre la pollution des eaux – une préoccupation importante en Russie, qui disposerait de la deuxième plus grande réserve d’eau douce au monde après le Brésil.

Selon un rapport gouvernemental de 2016, le pays déplore près de 3.000 cas de pollution extrême des eaux chaque année.

Le ministère russe de l’environnement estime que 1,5 million de tonnes de produits pétroliers se déverseraient dans l’océan arctique chaque année.

BioMicroGel a conçu des micro-gels spéciaux basés principalement sur des matières naturelles telles que la cellulose et la pectine extraites de la pulpe de pommes et de têtes de tournesols. Ces micro-gels recouvrent les polluants d’un film polymère qui les colle les uns aux autres, de sorte que cet agglutinement puisse facilement être enlevé de l’eau. Une fois passés des égouts aux eaux libres, ces micro-gels bio se dissolvent en quelques jours.

Aujourd’hui, BioMicroGel produit près de 60 tonnes de détergent domestique, commercialisé dans 15 régions russes. Le produit, qui se vendait au début en ligne ou dans des boutiques bio, est désormais présent dans les grandes chaînes de distribution.

Slovaquie :

Peu de temps après que la Commission Européenne ait proposé une série de mesures visant à réduire l’utilisation du plastique, notamment pour limiter la pollution marine, une équipe de chercheurs de l’Université Technique de Slovaquie a présenté un nouveau plastique facilement dégradable fabriqué à partir d’huile.

L’équipe de chercheurs dirigée par le professeur Pavel Alexy, de la Faculté de Technologie Chimique et Alimentaire de l’Université Technique de Slovaquie, n’en est pas à son premier essai concernant le développement de bioplastiques.

En collaboration avec l’Académie Slovaque des Sciences, son équipe a déjà développé il y a quelques années, un bioplastique de première génération, fabriqué à partir d’acide polylactique, obtenu à partir d’amidon. Par définition, un bioplastique est issu de matières végétales ou est d’origine biologique et possède la propriété d’être biodégradable.

Ce nouveau bioplastique a la particularité d’être fabriqué à partir d’huile alimentaire usagée, considérée comme un déchet ayant un fort impact sur l’environnement. Cette huile est utilisée comme source de polyhydroxybutyrate.

En plus de pouvoir être dégradé dans des conditions de compost industriel (sous l’action de micro-organismes, à 50°C), ce bioplastique est dégradable en compostage domestique à des températures plus basses, allant de 20 à 30°C. Il est également dégradable dans l’eau de mer où la pollution par l’accumulation de plastique est aujourd’hui très présente.

Ces chercheurs slovaques travaillent en étroite collaboration avec des entreprises pour trouver comment utiliser ce plastique, ils envisagent par exemple son utilisation pour la production de couverts, de récipients ou encore de films étirables agricoles.

La création de montures de lunettes à partir de ce nouveau bioplastique leur a permis de remporter le Prix National du Design 2017 dans la catégorie Design à valeur ajoutée.

Voir Aussi