ActualitésL’Allemagne révise les objectifs de son plan climat 2020

Actualités

(FILES) This file photo taken on March 15, 2011 shows the nuclear plant in Belleville-sur-Loire, central France. 
The French nuclear safety authority (ASN) announced on September 13, 2017 it has placed the nuclear power plant of Belleville-sur-Loire under 'reinforced surveillance' due to the deterioration of the safety level' observed on the site since 2016.  / AFP PHOTO / ALAIN JOCARD
13 Juin

L’Allemagne révise les objectifs de son plan climat 2020

Berlin – L’Allemagne a revu à la baisse mercredi ses prévisions de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, cédant une ambition climatique jugée chimérique depuis déjà plusieurs années.

« Au cours des dernières décennies, il y a eu des échecs en matière de politique climatique qui ne peuvent être résolus en peu de temps », a reconnu la ministre de l’Environnement Svenja Schulze (SPD) dans un communiqué présentant le nouveau plan du climat allemand.

Berlin espère désormais une baisse de 32% de ses émissions de gaz à effet de serre en 2020 par rapport à 1990, contre 40% auparavant. En 2016, elle émettait uniquement 28% de gaz à effet de serre de moins qu’en 1990.

Et l’écart entre l’objectif de départ et sa révision « pourrait encore grandir », alerta le gouvernement, pour qui cette réévaluation s’explique par la surestimation initiale de l’effet des premières mesures climatiques, ainsi que par la solide croissance de l’économie et de la population du pays.

« Nous devons de toute urgence nous remettre sur les rails pour atteindre notre objectif de 40% le plus tôt possible », a exhorté Svenja Schulze, sans pour autant fixer d’échéance.

Pour elle, « le côté positif est que nous connaissons les instruments qui nous mèneront au but, par exemple les énergies renouvelables ou l’électromobilité ».

L’objectif des 40% avait déjà été contesté durant les négociations de coalition conclues en février dernier entre les conservateurs d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD, alors que les deux partis s’étaient engagés à le respecter durant leurs campagnes respectives.

Considérée autrefois comme la locomotive environnementale de l’Europe, l’Allemagne est tiraillée par d’importantes contradictions de son modèle. Le nucléaire doit y être abandonné en 2022, mais cette mesure implique le maintien en service de centrales à charbon très polluantes.

Côté transports, l’industrie automobile et le gouvernement sont favorables à la protection des motorisations thermiques, notamment le décrié diesel.

Voir Aussi