ActualitésLe Maroc organise à New York une réunion ministérielle sur l’Initiative africaine pour la…

Actualités

New York-Maroc-organise- réunion ministérielle-Initiative africaine-3S-ECOL
18 Juil

Le Maroc organise à New York une réunion ministérielle sur l’Initiative africaine pour la Soutenabilité, la Stabilité et la Sécurité

New York (Nations-Unies) – Le Maroc a organisé, mardi à New York, une réunion ministérielle sur l’Initiative africaine pour la Soutenabilité, la Stabilité et la Sécurité (3S), lancée à l’occasion du 1er Sommet d’Action africain, tenu à Marrakech le 16 novembre 2016 en marge de la COP22.

Cette rencontre, organisée conjointement avec le Sénégal et en collaboration avec le Secrétariat de la Convention des Nations-Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), en marge du Forum politique de haut niveau 2018 des Nations-Unies, a été marquée par la participation de plusieurs ministres africains de l’environnement, ainsi que de hauts responsables européens et d’organisations internationales, en plus de Mme Monique Barbut, Secrétaire exécutive de la CNULCD, et de M. Zhang Jianlong, Président de la 13è session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations-Unies sur la lutte contre la désertification (COP13) et ministre à l’Administration nationale des forêts et des prairies de la Chine.

A cette occasion, l’accent a été mis sur le grand potentiel offert par l’initiative 3S en tant qu’initiative intergouvernementale africaine visant à s’attaquer aux causes profondes de la migration et de l’instabilité amplifiées par la dégradation des terres et le changement climatique.

Intervenant en sa qualité de coprésident de cette réunion, la Secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Mme Nezha El Ouafi, a relevé que l’initiative 3S pourrait devenir un instrument permettant d’accélérer la réalisation de nombreux Objectifs de Développement Durable (ODD) et un outil de mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations, endossé la semaine dernière par l’Assemblée générale de l’ONU et qui sera formellement adopté en décembre prochain lors d’une conférence internationale à Marrakech.

Ce Pacte, a expliqué Mme El Ouafi, est destiné à couvrir toutes les dimensions des migrations internationales à travers une approche globale et exhaustive, notant que le texte du Pacte mondial est assez innovant, car il reconnait explicitement les causes environnementales de la migration et sollicite les pays à trouver des solutions.

Et la Secrétaire d’Etat de souligner, à cet égard, que « le Maroc, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, entend marquer sa coopération Sud-Sud par des valeurs de partage, loin de toute ostentation ». « C’est dans cet esprit que nous comptons apporter notre pierre, aux côtés de nos frères africains, à l’édifice de l’Initiative 3S », a-t-elle dit.

De son côté, le ministre sénégalais de l’environnement et du développement durable, M. Mame Thierno Dieng, a tenu à souligner la pertinence de cette rencontre sur l’initiative 3S, relevant le « lien indéniable » entre la dégradation de l’environnement et les problèmes de sécurité et d’immigration en Afrique.

Selon lui, il existe ainsi un lien direct entre le phénomène de désertification, causé par l’activité humaine, et l’immigration. « La dégradation de l’environnement pousse les jeunes à risquer leur vie en tentant d’immigrer clandestinement », a regretté le ministre sénégalais.

« De ce fait, l’initiative 3S lancée à Marrakech revêt pour nous une importance capitale pour promouvoir la sécurité et la stabilité », a-t-il assuré.

Pour sa part, la Secrétaire exécutive de la CNULCD, Mme Monique Barbut, a déploré le fait qu’aujourd’hui quelque 1,4 million de personnes migrent chaque année, alors que ce chiffre devrait passer à 3,5 millions d’ici 20 ans.

« Nous pensons que l’initiative 3S offre une perspective nouvelle, une promesse d’inclusion sociale qui va de pair avec une gestion de l’environnement basée sur l’exploitation des grandes forces de l’Afrique, à savoir ses terres, ses traditions et ses habitants », a-t-elle affirmé.

Cette initiative, a-t-elle expliqué, a pour objectif de créer 2 millions d’emplois et de réhabiliter 10 millions d’hectares de terres. « C’est une initiative audacieuse, ambitieuse, car il s’agit de créer des emplois et de sauver des terres ».

Mme Barbut a également noté que l’initiative 3S est à même de servir de mécanisme pour la mise en œuvre du Pacte mondial sur la migration.

En ce qui le concerne, M. Zhang Jianlong, président de la COP13 et ministre à l’Administration nationale des forêts et des prairies de la Chine, s’est félicité de la mise en place de l’initiative 3S et proposé le soutien et la coopération de la Chine aux pays africains membres de cette initiative.

Intervenant également lors de cette réunion, les ministres de l’environnement du Burkina Faso, du Nigeria, de la République Centrafricaine, de la Gambie et du Ghana ont tous relevé les défis qui se posent à leurs pays par la problématique de la dégradation des terres et le phénomène du changement climatique et leurs corollaires d’instabilité et de migration.

Les ministres se sont ainsi félicités de l’initiative 3S et du potentiel qu’elle offre pour aider les pays de la région à faire face à ces défis et problématiques.

L’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, a estimé, quant-à-lui, que l’initiative 3S constitue une initiative innovante qui fait le lien et s’attaque aux causes profondes de l’instabilité au Sahel, soulignant que son pays est « résolument engagé » à soutenir cette initiative.

Ont égalmment pris part à cette rencontre la Secrétaire d’Etat chargée de l’habitat, Mme Fatna El Khiel, et l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations-Unies, M. Omar Hilale.

Voir Aussi