ActualitésOne Planet Summit: des actions « structurantes » engagées en faveur de la biodiversité (Macron)

Actualités

de pénurie alimentaire
11 Jan

One Planet Summit: des actions « structurantes » engagées en faveur de la biodiversité (Macron)

Paris – Les participants au 4ème « One Planet Summit, plateforme d’engagements pour relever le défi du changement climatique et impulser un élan politique à la protection de la nature, tenu lundi à l’initiative de la France, ont engagé « collectivement » une série d’actions « structurantes » en faveur de la biodiversité, a déclaré le président français Emmanuel Macron.

En matière de protection des échos-systèmes terrestres et marins, les participants ont élargi l’alliance avec 50 Etats qui se sont désormais engagés à protéger 30% de la planète (terres et mers) d’ici 2030, a indiqué M. Macron depuis l’Elysée, à la clôture de ce sommet, organisé en format hybride en raison de la pandémie du Covid-19.

Cette dynamique sera élargie dans les prochains mois pour acter une cible « décisive, concrète et vérifiable », a relevé le président de la République française, ajoutant que « nous avons également engagé une initiative forte pour protéger la Méditerranée, développer un réseau d’aires protégées, mettre fin à la surpêche, lutter contre la pollution marine et verdir le transport maritime ».

M. Macron a proposé que cette initiative soit portée lors du Sommet mondial de la nature prévu septembre prochain à Marseille, en vue d’obtenir les « premiers résultats » avec l’ensemble des acteurs concernés pour la préservation du bassin méditerranéen.

Concernant la promotion de l’agro-écologie, il a indiqué que le sommet a décidé d’une « accélération sans précédent » du projet de la « Grande muraille verte » pour le Sahara et le Sahel, avec la mobilisation de plus de 14 milliards d’euros de financements internationaux dans les 11 pays concernés d’ici 2025, faisant état de l’engagement de plus d’une centaine d’entreprises autour de la charte « Im Africa » (international agro-ecological movement for Africa).

Pour ce qui est des financements en faveur de la biodiversité, M. Macron s’est félicité d’une « dynamique forte » qui sera amplifiée avec la mobilisation des entreprises de gestion d’actifs et de bailleurs publics pour la protection de la biodiversité, faisant observer que l’Alliance pour l’investissement dans le capital naturel, portée par le prince de Galles, regroupe les acteurs de la finance souhaitant accroître leurs investissements dans la restauration de la biodiversité, avec l’objectif de mobiliser 10 milliards de dollars pour la nature pour les deux prochaines années.

Il a également évoqué la « Task force on nature-related financial disclosures » qui va permettre d’élaborer un cadre des mesures risque, impact et bénéfices des activités économiques en matière de biodiversité pour établir des cadres de transparence pour les entreprises et les institutions financières.

Toujours dans le cadre des financements, M. Macron a fait savoir que la Coalition pour la convergence des financements en faveur du climat et la biodiversité permettra de construire davantage de synergies entre actions climatiques et la biosphère dans l’objectif d’accroître la part du financement en faveur du climat bénéficiant également à la biodiversité pour atteindre au moins 30% à l’horizon de 2030.

Concernant la protection des forêts, des espèces et de la santé humaine, les participants ont pris l’engagement de lancer l’initiative Prezode (Prévenir les risques d’émergences zoonotiques et de pandémies), qui permettra une coopération “inédite” à l’échelle internationale entre acteurs de la recherche et réseaux de vigilance sanitaire pour la prévention de nouvelles épidémies d’origine animale.

Elle mobilise plus de 400 chercheurs et acteurs de la santé humaine, animale et environnementale au niveau international, a-t-il précisé.

Cette quatrième édition du sommet, initié par M. Macron, a rassemblé, principalement par visioconférence en raison de la crise sanitaire, chefs d’Etat, leaders d’organisations internationales, du secteur économique et d’ONG pour discuter d’un sujet crucial à l’échelle mondiale: la protection de la biodiversité.

Le sommet a été marqué par les interventions d’une trentaine de personnalités, dont le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres le président de la Banque mondiale David Malpass, le prince Charles, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, la chancelière allemande Angela Merkel, les Premier ministres britannique Boris Johnson et canadien Justin Trudeau, les président du Costa Rica Carlos Alvarado, et de la Mauritanie Mohammed Ould Ghazouani, la présidente de la BCE Christine Lagarde et le patron de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le One Planet Summit a été précédé dans la matinée par un « Forum de l’investissement pour la Grande Muraille Verte » avec des tables rondes sur les thématiques « une nouvelle approche commune autour de 5 piliers d’action », « Un engagement financier à la hauteur des enjeux » et « Concilier les enjeux de restauration, de sécurité alimentaire et de séquestration de carbone grâce à la mobilisation des acteurs des chaînes de valeurs agro écologiques ».

Le premier One Planet Summit s’est tenu le 12 décembre 2017, deux ans après l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat et a rassemblé plus de 4000 personnes autour d’une tribune de leaders du monde politique, du secteur privé, d’organisations internationales, d’organismes financiers, de fondations, d’ONG et de citoyens.

Voir Aussi