ActualitésOrsted classé au premier rang des entreprises les plus durables au monde

Actualités

Orsted
22 Jan

Orsted classé au premier rang des entreprises les plus durables au monde

Copenhague – Le développeur énergétique danois Orsted a été classé au premier rang des entreprises les plus durables au monde selon le classement Global 100, ce qui en fait la première entreprise énergétique à atteindre la première place.

Le développeur mondial d’éoliennes offshore a surperformé plus de 7300 entreprises avec des revenus d’un milliard de dollars pour atteindre la première place dans l’indice 2020 de Corporate Knights des 100 sociétés les plus durables au monde, annoncé chaque année en marge du Forum économique mondial de Davos.

« Nous sommes extrêmement fiers de nous classer comme l’entreprise la plus durable au monde. Depuis nos origines en tant que société traditionnelle d’énergie basée sur les combustibles fossiles, nous sommes devenus l’une des plus grandes sociétés d’énergie renouvelable au monde », s’est félicité le PDG d’Orsted, Henrik Poulsen.

« Chaque jour, nous proposons des solutions d’énergie verte à grande échelle pour lutter contre le changement climatique, le défi déterminant de notre époque », a-t-il souligné.

Corporate Knights, une société d’édition et de recherche de Toronto, a analysé les données accessibles au public sur les indicateurs financiers et de durabilité de 7395 entreprises avec plus de 1 milliard de dollars de revenus.

Dans l’indice Global 100 de 2020, 49 sociétés sont européennes, 29 américaines et canadiennes et 18 asiatiques.

Depuis 2006, la société danoise a réduit de 83% les émissions de carbone provenant de sa production et de ses opérations énergétiques et affirme être en voie d’être neutre en carbone d’ici 2025.

Orsted a décidé de changer de modèle commercial il y a dix ans, se rendant compte que l’utilisation des combustibles fossiles comme activité principale ne serait pas durable à long terme.

Depuis, la société a « joué un rôle déterminant dans le développement de l’éolien offshore à l’échelle industrielle » et est devenue le « leader mondial de l’éolien offshore » et l’une des sociétés énergétiques à la croissance la plus rapide au monde.

L’éolien offshore est désormais nettement moins cher que les centrales électriques au charbon ou au gaz nouvellement construites dans la plupart des régions du monde, ce qui en fait une technologie clé dans la transition mondiale vers l’énergie verte.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’éolien offshore a le potentiel de fournir de l’énergie verte à des centaines de millions de personnes. Cependant, près de 75% de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent encore des énergies fossiles et les émissions de carbone continuent d’augmenter.

« Bien que nous soyons reconnaissants d’être nommés l’entreprise la plus durable au monde, nous préférerions voir le monde se développer de manière plus durable. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre augmentent depuis des décennies et sont maintenant à leur plus haut niveau jamais atteint », a poursuivi Poulsen.

« Nous n’avons pas de temps à perdre si nous voulons arrêter le réchauffement climatique et réduire de moitié les émissions mondiales d’ici 2030, comme le recommande la science », a-t-il expliqué, ajoutant que « nous disposons des technologies vertes nécessaires pour transformer les systèmes énergétiques mondiaux » et que les pays et les entreprises doivent travailler ensemble et prendre des mesures audacieuses pour accélérer la transformation verte, réduire leurs émissions et limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C.

Orsted se lance désormais dans la « prochaine frontière » dans son parcours de décarbonisation – en lançant un nouveau programme de réduction des émissions de carbone dans sa chaîne d’approvisionnement.

« Nous renforçons la collaboration avec nos fournisseurs les plus importants pour travailler avec eux sur la réduction de leurs émissions conformément à la science et pour les encourager à gérer leurs opérations sur l’énergie verte », a noté le PDG d’Orsted.

Selon son programme de décarbonisation, le développeur danois vise d’ici 2023 à éliminer le charbon de son portefeuille de centrales thermiques et électriques combinées et à les exploiter sur de la biomasse durable certifiée.

D’ici 2025, la société vise une réduction de 98% du carbone dans la production et l’exploitation d’énergie par rapport à 2006, ce qui rend Orsted « essentiellement neutre en carbone ». La réduction actuelle est de 83%.

D’ici là, le parc automobile de l’entreprise sera également 100% électrique.

D’ici 2032, elle compte réduire de 50% les émissions dans la chaîne d’approvisionnement et les échanges d’énergie par rapport à 2018.

Cela implique d’engager les fournisseurs pour augmenter la part de l’énergie verte dans la fabrication, le transport et l’installation de composants pour les parcs éoliens offshore et une réduction progressive du commerce des gaz fossiles.

Voir Aussi