ActualitésPanama : La valeur des amendes imposées pour des infractions environnementales s’élève à environ…

Actualités

In this photo taken on November 19, 2015, smoke belches from a coal-fueled power station near Datong, in China's northern Shanxi province.  For decades coal has been the backbone of the northern province of Shanxi, providing livelihoods for millions of miners, while private jet owning bosses became notorious for their nouveau riche lifestyles. / AFP PHOTO / GREG BAKER
10 Oct

Panama : La valeur des amendes imposées pour des infractions environnementales s’élève à environ 680 000 dollars

Panama- La valeur des amendes imposées pour des infractions environnementales, enregistrées au Panama depuis le début de l’année en cours, s’élève à environ 680 000 dollars, a indiqué le ministère panaméen de l’environnement.

Le ministère a enregistré au moins 35 délits environnementaux du début de l’année jusqu’en août dernier, liés notamment à l’abattage illégal d’arbres, à la maltraitance des animaux, au trafic illicite et à la destruction des ressources naturelles.

Récemment, le gouvernement panaméen a créé une « force écologique » en tant qu’unité de sécurité chargée d’améliorer la sécurité dans les zones protégées et l’écotourisme dans le pays et d’aider le ministère de l’Environnement à surveiller, gérer et protéger les ressources naturelles, ainsi qu’à sauver et à déplacer les plantes et les animaux.

Cette unité de sécurité environnementale comprend des éléments de la police nationale, du service national d’aviation, du service national des frontières, du département de la protection des institutions et des autorités des sapeurs-pompiers et du tourisme, en particulier.

Par ailleurs, Voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée du mercredi 10 octobre 2018.

Etats-Unis d’Amérique :

La compagnie pétrolière américaine Exxon Mobil a annoncé mardi un don d’un million de dollars à une campagne visant à promouvoir une taxe visant à réduire les émissions de dioxyde de carbone, source de réchauffement de la planète, destinée aux législateurs et au public américains.

Avec cet engagement, la plus grande société pétrolière cotée en bourse au monde apporte son soutien financier à Americans for Carbon Dividends, une organisation chargée de faire pression pour un projet de taxe sur le carbone élaboré par les hommes d’État républicains James Baker III et George Shultz.

Le soutien d’Exxon intervient à un moment où les législateurs américains restent dans l’impasse sur la fixation d’un prix des émissions de gaz à effet de serre, de nombreux républicains étant opposés à une taxe carbone ou à un système de plafonnement et d’échange. Le vide politique au niveau national menace de laisser les sociétés énergétiques aux prises avec une mosaïque de politiques étatiques et régionales.

Une politique fiscale nationale unique apporterait une certitude réglementaire au secteur de l’énergie, et le plan Baker-Shultz en particulier vise à limiter le pouvoir de réglementation de l’Agence de protection de l’environnement.

Cette contribution constitue également la dernière mesure prise par Exxon pour faire face au défi du réchauffement planétaire, après une période de surveillance intense du bilan public de l’entreprise en matière de minimisation des risques posés par le changement climatique.

Canada:

Une étude internationale sur les risques que font courir les îles de plastiques aux océans révèle que Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont les champions de la pollution de plastique au monde. Au Canada, les mêmes noms dominent le classement, auxquels s’ajoutent Tim Horton et McDonald.

Ces classements de pollueurs sont le fruit du travail du mouvement Break Free From Plastic qui a procédé à 239 opérations de nettoyages de plages dans 42 pays au cours de la Journée internationale de nettoyage du 15 septembre dernier.

« On a à peu près 9000 bénévoles dans 42 pays qui ont fait des nettoyages de plages, de rives et, qui ont ensuite identifié, classé, trié les déchets par marque et type de plastique », explique une porte-parole de Greenpeace Canada, Agnès LeRouzic.

Les emballages de nourriture, des bouteilles de plastique, des tasses, des bouchons et des sacs d’emplettes en plastique constituent les types de produits de plastique les plus communément trouvés sur les plages nettoyées par l’organisme environnemental.

À l’échelle internationale, l’organisme a répertorié quelque 187 000 types de déchets plastiques. Le polystyrène et le polyéthylène sont les deux types de plastiques les plus retrouvés. Ces matériaux entrent dans la fabrication des bouteilles de plastique, de divers contenants et types d’emballages.

Les cinq plus grands pollueurs sont respectivement responsables de 40 % et 42 % des déchets de plastique identifiables retrouvés sur les plages du monde (Nestlé, Tim Hortons, McDonald, Starbucks et Coca-Cola) et du Canada (Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo, Coca-Cola et McDonald).

La seule façon de freiner la pollution plastique est en incitant les compagnies à éliminer leur production de plastique à usage unique.

En Amérique du Nord, les sociétés Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont à l’origine de 64 % des déchets répertoriés avec une marque identifiable alors que ces trois mêmes pollueurs émettent 70 % des déchets retrouvés en Amérique du Sud.

Voir Aussi