ActualitésLe secteur des assurances s’engage à promouvoir l’investissement dans le développement durable

Actualités

1ère éditionMoroccan Sustainable Insurance Day 2017-M
06 Déc

Le secteur des assurances s’engage à promouvoir l’investissement dans le développement durable

Rabat – L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) et la Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurance (FMSAR) ont signé, mercredi à Rabat, deux conventions sur la promotion de l’investissement dans l’environnement et le développement durable au Maroc.

Signée en marge de la première édition du « Moroccan Sustainable Insurance Day » (Journée marocaine de l’assurance durable, ndlr) par le président de l’ACAPS, Hassan Boubrik et le président de la FMSAR, Mohamed Hassan Bensalah, la première convention-cadre porte sur le développement de l’expertise nationale en matière d’évaluation des risques environnementaux et climatiques.

Paraphée également par le secrétaire général du Secrétariat d’État chargé du Développement durable, Mohamed Benyahya, ladite convention a également pour objet l’intégration des risques et des opportunités climatiques dans le cadre du développement des entreprises marocaines.

Concernant la deuxième convention, paraphée par MM. Boubrik, Bensalah et Butch Bacani, représentant du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), porte sur les Principes pour une assurance durable (PSI).

Elle engage les entreprises d’assurance et de réassurance à adopter et mettre en œuvre plusieurs principes, notamment la prise en considération des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance pertinents pour les métiers de l’assurance dans la prise de décision et la collaboration avec les clients et partenaires pour les sensibiliser à ces risques et les inciter à développer des solutions concrètes.

Cet accord invite à coopérer avec les gouvernements, les opérateurs et les autres parties prenantes afin de promouvoir au sein de la société une action globale répondant à ces enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance, à rendre compte des applications des principes et à faire preuve de transparence en publiant régulièrement l’état d’avancement de leur mise en œuvre.

A cette occasion, M. Boubrik a souligné que le secteur des assurances est l’un des secteurs les plus impactés par les problématiques liées à l’environnement et aux changements climatiques, eu égard au rôle important qu’il joue dans la gestion des dégâts dus au dérèglement climatique, dont l’intensité et la fréquence ne cessent d’augmenter de manière significative.

Selon lui, le nombre des catastrophes naturelles dans le monde est passé d’une moyenne de moins d’une cinquantaine de catastrophes par an dans les années 70 à près de 170 au cours de la dernière décennie, soit plus d’un triplement, tandis que les dommages assurés étaient estimés à une moyenne de moins de 25 milliards de dollars américains (USD) dans les années 80 avant d’osciller entre 50 et 70 milliards USD lors de la dernière décennie.

Le président de l’ACAPS a, dans ce sens, fait savoir que les dommages économiques incluant les dégâts non assurés atteignent des montants plus élevés (175 milliards USD en 2016) et que « les prévisions n’incitent pas à l’optimisme », d’où « l’énorme » investissement de l’industrie des assurances dans la recherche, ainsi que la compréhension et la modélisation des évènements catastrophiques.

De son côté, M. Bensalah a appelé les assureurs à mettre à profit leurs expertises pour enrichir le débat public et partager avec les décideurs politiques et acteurs de la société civile la compréhension approfondie des défis présents et futurs liés aux changements climatiques, à l’environnement et au développement durable.

L’industrie des assurances est ainsi en première ligne pour promouvoir les actions contribuant au développement durable, en s’associant à cette prise de conscience publique et politique des enjeux environnementaux partout dans le monde et en particulier en Afrique, un continent vulnérable aux changements climatiques, a-t-il poursuivi.

Pour sa part, le président de la 22è Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), Salaheddine Mezouar, a appelé l’ensemble des acteurs étatiques et non-étatiques à s’organiser pour concrétiser ces initiatives ambitieuses censées faire du Maroc un des leaders dans la région en matière de développement durable.

Cette première édition a été marquée par deux sessions traitant des thèmes « comprendre et réduire le risque lié au développement durable » et « investir dans le développement durable », organisées dans l’objectif de mettre en avant la stratégie du secteur des assurances qui vise à favoriser l’implémentation de la feuille de route pour l’alignement du secteur financier marocain sur le développement durable.

Organisée par l’ACAPS, la FMSAR et le PNUE sous le thème « le rôle de l’industrie de l’assurance dans le développement durable », cet événement a rassemblé des responsables publics et des représentants du secteur des assurances.

 

Voir Aussi