ActualitésLa Turquie réussit à produire des sacs respectueux de l’environnement à base de pomme de terre

Actualités

A person holds a plastic bag on June 30, 2014 in a supermarket in Paris. A governmental amendment added to the biodiversity bill on June 25, aims for a total ban on single-use plastic bags. The Federation of plastics and composite materials estimated on June 27 that the ban on single-use plastic bags starting on 2016 "threatens 3.000 jobs". AFP PHOTO / FRED DUFOUR / AFP PHOTO / FRED DUFOUR
07 Déc

La Turquie réussit à produire des sacs respectueux de l’environnement à base de pomme de terre

Varsovie – Une société turque a réussi à produire des sacs respectueux de l’environnement à base d’amidon extrait de la pomme de terre.

Dans une déclaration à la presse, le coordinateur du « Pole développement du travail » de l’entreprise, Gokhan Trietoglu, a précisé que les sacs sont fabriqués à partir de la pomme de terre et se décomposent dans la nature à l’instar d’autres substances naturelles.

Avec le temps, les sacs sont dans un état où ils peuvent être consommés par les microorganismes 24 mois après avoir été jetés dans la nature, a-t-il indiqué.

Selon la même source, les entreprises préfèrent les pommes de terre et le maïs pour la production de sacs en amidon, ajoutant que les sacs fabriqués à partir de la pomme de terre sont beaucoup plus souples et durables que les sacs à base de maïs.

Par ailleurs, voici le Bulletin de l’écologie de l’Europe orientale:

Pologne :

Les émissions de CO2 des énergies fossiles, première cause du réchauffement mondial, ont connu en 2018 une hausse inédite depuis sept ans, selon un bilan annuel publié en marge de la 24e conférence climat de l’ONU, qui se tient à Katowice (Sud de la Pologne).

La hausse de cette année est alimentée notamment par un boom d’émissions en Chine (+4,7%), premier émetteur mondial (un quart du total), dont les efforts avaient pourtant permis des résultats encourageants les années précédentes, selon ce 13e bilan du Global Carbon Project, réalisé par 80 scientifiques.

Deuxième pays émetteur, les États-Unis en sont à +2,5% d’émissions en 2018. Les émissions européennes en revanche reculent (-0,7%), avec des disparités nationales.

Outre le charbon, première source de CO2, la consommation de gaz naturel a augmenté de 2% par an dans le monde entre 2000 et 2017.

Quelque 200 pays sont réunis à Katowice, où ils doivent finaliser d’ici à mi-décembre les règles d’application de l’accord de Paris, qui vise à limiter le réchauffement à +2°C, idéalement +1,5°C, par rapport à l’ère pré-industrielle.

Selon les scientifiques du Giec, il faudrait, pour rester sous la limite de +1,5°C, réduire les émissions mondiales de CO2 de près de 50% d’ici à 2030 par rapport à 2010.

0-0-0-0-0-0-0-0-

Grèce:

La région grecque de Kardamyli, située dans la péninsule du Péloponnèse, est connue notamment par ses paysages grandioses qui offrent aux visiteurs l’opportunité de voir le plus haut sommet des Taygètes qui culminent à 2400 mètres.

Kardamyli est le point de départ de nombreuses pistes de montagne, dont certaines mènent au sommet des Taygètes, et à proximité se trouvent les gorges de Viros qui s’étendent sur une vingtaine de kilomètres.

Ces territoires, qui attirent un grand nombre de touristes en été, restent très agréables pendant la saison printanière.

La région de Kardamyli est située sur le Golfe de Messénie, à 35 km de Kalamata, dans la péninsule du Péloponnèse au sud du pays.

0-0-0-0-0-0-0-0-

Russie :

Le ministre russe des Ressources naturelles et de l’Environnement, Dimitri Kopelkin, a présenté jeudi devant la Douma d’Etat un exposé sur les tâches et les difficultés auxquelles le ministère est actuellement confronté en ce qui concerne la mise en œuvre du projet national « Écologie ».

Le ministre a ainsi indiqué que le volume d’eaux usées rejetées dans les eaux de surface sans purification est impressionnant, puisqu’elles ont été rejetées à environ 30% depuis 2012 et que le gouvernement a mis en œuvre 64 projets d’investissement dans ce sens totalisant plus de 58 milliards de roubles.

« La situation ne change pas aussi rapidement que nous le souhaiterions en raison du coût très élevé des opérations », a déclaré le ministre, ajoutant qu’ »un autre problème existe à savoir la gestion des déchets ».

Le responsable russe a relevé qu’il faudrait éliminer les pratiques néfastes pour l’environnement en prévoyant des incitations fiscales pour les opérateurs régionaux et en mettant en place un mécanisme qui inclut les décharges dans le registre national, qui a commencé à être exploité avant l’adoption de la loi sur les déchets.

Selon lui, d’ici 2024, la proportion de déchets solides urbains qui seront recyclés dans le volume total des déchets atteindra 36%, tandis que la proportion des MCW dirigés vers le traitement sera de 60%, ce qui permettra généralement d’améliorer la situation environnementale dans les municipalités.

Le responsable a également informé les membres de la Douma d’Etat russe que, dans le cadre du programme « pays propre », l’Arctique était en train d’être défriché, annonçant que plus de 8 000 tonnes de déchets ont été retirés de l’archipel Franz Josef Land.

Voir Aussi