En vedetteDébat à Bouknadel sur les problématiques liées au changement climatique

En vedette

Bouknadel Atelier sensibilisation changements climatiques fondation Mohamed V- Ecology
10 Fév

Débat à Bouknadel sur les problématiques liées au changement climatique

Bouknadel – Le changement climatique et la pollution de l’air ont été au menu d’un Café scientifique, organisé samedi aux Jardins exotiques de Bouknadel, dans le cadre des activités de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement.

Ce débat, auquel ont pris part des chercheurs et des représentants d’organisations nationales et internationales, a permis aux participants d’échanger autour de l’impact des changements climatiques, de la pollution de l’air et de la montée du niveau de la mer sur les zones urbanisées et les sites naturels côtiers.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur des Jardins exotiques de Bouknadel, Brahim Haddane, a souligné que cette rencontre s’inscrit dans la continuité de la mission de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement qui mène un programme sur la qualité de l’air depuis 2002 et a développé un outil permettant de mesurer la compensation carbone face aux défis liés au changement climatique.

Évoquant les zones humides au Maroc, il a indiqué qu’il dispose d’un patrimoine de 300 zones humides dont 26 sont déclarées dans le cadre de la convention internationale de Ramsar, mettant en avant le rôle de ces zones naturelles dans le maintien de l’équilibre et la survie de l’être humain.

« Les zones humides ont un rôle écologique puisqu’elles forment un écosystème de vie pour un nombre d’espèces dont les reptiles et les oiseaux migratoires », a expliqué le directeur, soulignant leur vocation environnementale, socio-économique et touristique.

M. Haddane a d’autre part relevé que les zones humides, à l’instar de tous les autres écosystèmes, sont confrontées à nombre de problématiques et de menaces qui entraînent parfois l’altération de leur équilibre écologique, voire parfois leur destruction.

Parmi les menaces qui planent sur la viabilité des zones humides, a-t-précisé, figurent la pollution, le surpâturage, la surexploitation des ressources, le dérangement de la faune, l’assèchement des zones précitées par des facteurs naturels (sécheresse) ou humain (détournement des apports d’eau qui alimente la zone), la chasse excessive et invasive et les catastrophes naturelles (érosion, incendies).

Il a en outre fait savoir qu’une exposition interactive destinée au grand public ainsi qu’aux écoles a été organisée afin de faire connaître la recherche menée au sein de l’Université de Southampton en Grande-Bretagne sur l’impact de l’augmentation du niveau de la mer sur les sites naturels côtiers et sur la pollution de l’air.

Par la même occasion, six détecteurs de pollution de l’air ont été installés aux Jardins, dont un à côté de la route de Salé-Kénitra afin de mesurer la qualité de l’air avec la participation d’élèves issus de différents établissements scolaires.

S’exprimant sur le sujet, Florentin Bulot, doctorant à l’Université de Southampton, s’est attardé sur les limitations liées à la mesure de la pollution de l’air et de potentielles solutions, une étude de cas de la ville de Southampton en Grande-Bretagne.

Il a expliqué que l’objectif de cette étude est de réduire l’utilisation des voitures en encourageant les parents à emmener leurs enfants à l’école en vélo ou à pied afin de lutter contre la pollution de l’air, tout en favorisant la mise en place des Clean air zones.

Salma Sabour, également doctorante dans la même université, a de son côté mis l’accent sur les sites du patrimoine mondial naturel côtier et leur vulnérabilité face aux effets du dérèglement climatique durant les 30 dernières années. La vulnérabilité des zones côtières aux impacts des changements climatiques et aux aléas météo-marins résulte de dynamiques liées au milieu naturel et à l’élément humain et social qui façonnent le système socio-écologique, a-t-elle relevé.

Au menu de ce café scientifique figuraient des thématiques liées aux sites d’héritage côtiers et à la gestion de l’eau et aux problématiques se rapportant à la disponibilité du savoir et des données en la matière, entre autres.

Voir Aussi