evenementsOne Planet Summit: le Rwanda plaide pour la ratification de l’Accord de Kigali

evenements

epa03938269 (FILE) A file photo dated 02 March 2012 showing steam and fumes emerging from the brown coal-fired power plant Niederaussem operated by RWE near Bergheim, Germany. The level of carbon dioxide (CO2) in the atmosphere rose at a faster rate in 2012 than during the previous year, indicating an accelerating trend that is contributing to climate change, the World Meteorological Organization (WMO) said 06 November 2013. The data was published a week before the United Nations' annual Climate Change Conference, which this year takes place in Warsaw. The Geneva-based UN agency also said that the total concentration of greenhouse gases - including CO2, methane and nitrous oxide - rose to a new record last year. The increase of CO2 concentration last year was faster than the average rate over the past 10 years, the UN agency said in its annual greenhouse gas report.  EPA/OLIVER BERG
15 Mar

One Planet Summit: le Rwanda plaide pour la ratification de l’Accord de Kigali

Kigali – Le Premier ministre rwandais, Edouard Ngirente, a appelé les gouvernements des pays du monde à ratifier l’Accord de Kigali en vue d’accélérer la réduction de la consommation et la production des hydrofluorocarbures (HFC) utilisés comme substitut aux substances appauvrissant la couche d’ozone.

« Le Gouvernement rwandais félicite les 69 pays qui ont déjà ratifié l’amendement et invite vivement tous les États du monde à en faire autant afin de renforcer l’action climatique à l’échelle mondiale et réduire progressivement la production des hydrofluorocarbures », a souligné M. Ngirente qui s’exprimait lors du 3è One Planet Summit, tenu jeudi dans la capitale kényane.

Le responsable rwandais a soutenu que ce traité international, entrée en vigueur le 1er janvier dernier, constitue une étape clé dans la lutte mondiale contre le réchauffement de la planète, relevant qu’ »une mise en œuvre efficace de l’amendement de Kigali nous évitera un réchauffement supplémentaire d’un demi-degré Celsius d’ici la fin du siècle ».

« Face à la pression persistante exercée par le changement climatique sur nos sociétés, nos économies et nos écosystèmes, il est devenu nécessaire d’opter pour de nouveaux modèles de développement axés sur le respect du climat et le développement durable », a insisté le Premier ministre cité vendredi par les médias locaux.

Le monde, a-t-il dit, devrait évoluer dans son ensemble pour atteindre les objectifs tracés par le traité, faisant valoir que « les écosystèmes ont du mal aujourd’hui à suivre le rythme du réchauffement climatique ».

Le 15 octobre 2016, les 197 Parties au Protocole de Montréal avaient signé l’amendement de Kigali pour réduire progressivement l’utilisation des HFC au niveau mondial. Cet accord permettra de renforcer l’objectif de l’accord de Paris, c’est à dire limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C – 2°C d’ici à 2100.

Les pays qui ont ratifié l’amendement s’engagent à réduire la production et la consommation de HFC de plus de 80% au cours des 30 prochaines années. La plupart des pays développés commenceront à réduire les HFC dès 2019.

Le 3è One Planet Summit, tenu sous l’égide des présidents français Emmanuel Macron et Kényan, Uhuru Kenyatta, a rassemblé des ministres ainsi que des représentants des secteurs de la finance et des affaires, des administrations locales, de la société civile et de la jeunesse de plusieurs pays, dont le Maroc.

Le Maroc est représenté à ce sommet régional par la Secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi et l’Ambassadeur du Royaume au Kenya, El Mokhtar Ghambou.

Voir Aussi