InitiativesAddis-Abeba accueille en mars prochain le deuxième cycle des African Climate Talks (CEA)

Initiatives

UNECA
12 Fév

Addis-Abeba accueille en mars prochain le deuxième cycle des African Climate Talks (CEA)

Addis-Abeba – La capitale éthiopienne Addis-Abeba accueillera les 22 et 23 mars 2018 le deuxième cycle des African Climate Talks (ACT), rapporte la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

Le Centre africain pour la politique en matière de climat (L’ACPC), en collaboration avec l’Université d’Addis-Abeba, convoquera les participants à cet événement à l’Institut international de recherche sur le bétail (ILRI) à Addis-Abeba, qui fera suite à l’événement ACT inaugural qui a eu lieu en septembre 2015 à Dar es Salaam, en Tanzanie, poursuit la même source dans un communiqué.

« L’un des principaux résultats de la COP23 est le dialogue Talanoa. Talanoa est un terme Fidji pour une conversation dans laquelle les personnes impliquées partagent des idées et résolvent des problèmes. La somme totale des objectifs climatiques actuels de l’Accord de Paris (en 2015 à la COP21) n’étant pas encore suffisante pour limiter le réchauffement climatique à moins de deux degrés Celsius, un consensus a été atteint à Paris sur le fait que la communauté internationale devrait relever le niveau d’ambition. Le dialogue Talanoa est la course d’essai pour ce mécanisme d’ambition », lit-on dans le document.

L’Accord de Paris, qui engage des objectifs spécifiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, a été salué comme un tournant décisif dans la trajectoire du cadre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), plafonnant les émissions au plus à 20° C depuis le début de la révolution industrielle au XIXe siècle, selon la même source.

Alors que le réchauffement de 2 degrés a été considéré comme la limite supérieure du réchauffement « sûr », l’Accord de Paris cherche, si possible, à viser une température de réchauffement encore plus basse de 1,5 degré. La cible des 20C est elle-même une limite politique, avec des débats scientifiques qui continuent de faire des ravages sur les différentes régions (par exemple, le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat « GIEC », le principal mécanisme par lequel les nations s’engagent à atteindre les objectifs de l’Accord).

L’ACPC, créé en 2010, est le bras armé du Programme Panafricain « Climate for Development » (ClimDev) en matière de gestion des connaissances et de facilitation aux processus politiques. Etabli par la CEA dans le cadre du programme ClimDev/Africa, l’ACPC se veut un Think Tank sur les politiques publiques ayant vocation à appuyer les Etats membres à maintenir le changement climatique dans leurs programmes et stratégies de développement.

Voir Aussi