InitiativesCongo: des ONG plaident pour le maintient d’un moratoire des allocations forestières

Initiatives

TO GO WITH AFP STORY BY STANISLAW WASZAK
Hucul horses play in the wild meadows and forests near Odrzychowa in southeastern Poland on October 8, 2014. Huculs, a primitive breed of horse,  escaped total extinction due to the efforts of scientists and Polish farmers.  AFP PHOTO/JANEK SKARZYNSKI / AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI
17 Nov

Congo: des ONG plaident pour le maintient d’un moratoire des allocations forestières

Dakar – Sept ONG de protection de la nature ont appelé, jeudi dans un communiqué conjoint, le gouvernement congolais à maintenir le moratoire sur l’octroi des allocations forestières en République démocratique du Congo, indique la presse.

Le gouvernement congolais, à travers le ministre de l’Environnement et Développement durable Amy Ambatobe, justifie la levée de ce moratoire par le souci de lutter notamment contre l’insuffisance des recettes publiques par rapport aux taux officiellement évalués.
Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 17 novembre :
Afrique Centrale :

L’importance des ressources forestières du Bassin du Congo a été une fois de plus réaffirmée au rendez-vous mondial sur le climat qui s’achève ce vendredi à Bonn, en Allemagne, rapporte l’agence d’information d’Afrique Centrale.

Les assises de Bonn ont donné l’occasion à l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi) d’organiser, jeudi au Pavillon France, une réunion pour marquer les deux années de ses actions et de rendre compte des succès ainsi que des défis auxquels elle fait face, à savoir une déforestation qui s’accélère dans la région, explique l’agence d’information.

Afrique Centrale :

L’importance des ressources forestières du Bassin du Congo a été une fois de plus réaffirmée au rendez-vous mondial sur le climat qui s’achève ce vendredi à Bonn, en Allemagne, rapporte l’agence d’information d’Afrique Centrale.

Les assises de Bonn ont donné l’occasion à l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi) d’organiser, jeudi au Pavillon France, une réunion pour marquer les deux années de ses actions et de rendre compte des succès ainsi que des défis auxquels elle fait face, à savoir une déforestation qui s’accélère dans la région, explique l’agence d’information.
Afrique Centrale :

L’importance des ressources forestières du Bassin du Congo a été une fois de plus réaffirmée au rendez-vous mondial sur le climat qui s’achève ce vendredi à Bonn, en Allemagne, rapporte l’agence d’information d’Afrique Centrale.

Les assises de Bonn ont donné l’occasion à l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi) d’organiser, jeudi au Pavillon France, une réunion pour marquer les deux années de ses actions et de rendre compte des succès ainsi que des défis auxquels elle fait face, à savoir une déforestation qui s’accélère dans la région, explique l’agence d’information.

Sénégal :

— Des milliers d’organismes aquatiques, dont beaucoup de poissons de la vallée Senghor (Toubacouta), et d’une unité d’aquaculture en cages flottantes du projet Go Wamer sont morts probablement par manque d’oxygène, ont révélé mercredi des techniciens du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime.

Le chef de la Division production à l’Agence nationale d’aquaculture (ANA), Ahmadou Tidiane Camara, et le coordonnateur du projet ‘’Go Wamer’’, l’ingénieur Mamadou Thiam se sont rendus sur le terrain pour s’enquérir de l’ampleur du problème.

Sur le site, les deux hommes ont trouvé une scène désolante avec plusieurs poissons morts flottant à la surface des eaux de la vallée Senghor.

En présence des populations du village de Santhie Béra regroupées en Groupement d’intérêt économique (GIE) pour l’exploitation de l’unité d’aquaculture en cages flottantes de la vallée, les deux techniciens ont fait des prélèvements dans les eaux en vue d’analyses plus approfondie en laboratoire.
— Le secrétaire exécutif de l’Association africaine pour le développement de la pêche artisanale (ADEPA), Moussa Mbengue, a suggéré jeudi à Dakar l’adoption de meilleures pratiques de cogestion des ressources marines et côtières dans la zone d’intervention du programme GoWamer.

Il s’exprimait au cours d’un atelier sous régional de capitalisation des meilleures pratiques de cogestion des ressources marines et côtières dans l’écorégion WAMER, qui couvre sept pays : Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Cap-Vert, Mauritanie, Sierra Léone, Sénégal.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du programme Go WAMER (gouvernance, politiques de gestion des ressources marines et réduction de la pauvreté dans l’écorégion WAMER).

L’objectif est d’améliorer la gouvernance et promouvoir l’adoption de bonnes pratiques en matière d’utilisation durable des ressources marines et côtières (…) dans une perspective de contribuer à la réduction de la pauvreté et au renforcement de la sécurité alimentaire des communautés côtières de l’écorégion WAMER.

Bénin :

Le Nigeria a récupéré plus de 64,63 millions de dollars de dettes liées à l’approvisionnement en électricité de la République du Bénin et de la République du Niger, a révélé le ministre nigérian de l’Energie, des Travaux Publics et du logement, Babatunde Fashola.

Le Nigeria fournit de l’électricité à ces deux pays, conformément à l’accord selon lequel ils ne vont pas endiguer le fleuve Niger qui alimente la centrale hydroélectrique du barrage de Kanji dans le nord du Nigeria.

Fashola a déclaré à la 21ème réunion mensuelle des opérateurs du secteur de l’énergie réunis à Asaba, capitale de l’Etat du Delta, que le Nigerian Bulk Electricity Trader (NBET), travaille sur les modalités de distribution des fonds.

Côte d’Ivoire-solaire

Lumos Global, un fournisseur d’énergie solaire, a lancé à Divo dans le sud-ouest ivoirien en présence des autorités administratives et politiques de cette ville, un service d’électricité solaire.

« Aujourd’hui, la révolution de l’énergie mobile est arrivée en Côte d’Ivoire. Les familles et les entreprises à travers le pays, ont maintenant accès à de l’électricité solaire à un prix abordable», a déclaré au cours de ce lancement, Stéphane Abrahams, directeur général de Lumos Côte d’Ivoire ajoutant que « nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement et les parties prenantes pour augmenter l’accès à l’énergie pour tous les ivoiriens ».

Le service d’électricité solaire de Lumos payable via mobile money à partir de l’opérateur de téléphonie mobile MTN, vise « à fournir de l’électricité à des millions de personnes qui n’ont pas actuellement accès à un approvisionnement énergétique abordable, fiable ou propre».

DM/BZ/OE

Gabon

Le secrétaire général de la présidence de la République gabonaise Guy Rossantaga-Rignault a réaffirmé, jeudi à Bonn, lors de la session de l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) organisée dans le cadre de la COP23, la détermination du Gabon à mobiliser tous les acteurs pertinents pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, appelant à plus de pragmatisme.

Les travaux de la COP23, qui s’achèvent ce vendredi donnent lieu à différents cadres de discussions qui mobilisent les Parties.
Nigeria

Une start-up, spécialisée dans la collecte de déchets au Nigeria, souhaite s’attaquer à cette situation, en permettant à chacun de vendre ses déchets plutôt que de les jeter dans une décharge sauvage.

Il suffit de se connecter au site Internet et l’entreprise envoie des personnes pour prélever les déchets, et elle paye cash contre ces déchets.

Kenya.

La compagnie nationale de distribution d’électricité « Kenya Power » a réduit ses pertes d’énergie à 18,9% au cours du premier semestre de 2017, contre 19,4% l’année précédente et ce, à la faveur de la modernisation de ses infrastructures, ont rapporté des médias locaux, citant un rapport du distributeur national d’électricité.

Les pertes d’électricité ont un impact direct sur les factures des consommateurs car elles sont prises en compte dans la planification tarifaire, explique-t-on.

La compagnie « œuvre en vue réduire les pertes d’électricité de deux à un chiffre au fil du temps pour améliorer le bilan énergétique, réduire les coûts d’achat d’énergie et par conséquent augmenter les revenus », souligne le rapport.

CJ/MM/KS

Voir Aussi