En vedetteLa Suisse veut interdire l’expérimentation animale et humaine

En vedette

This picture taken on January 23, 2014 shows a mouse in a box at the Neurosciences rechearch Center CERMEP in Bron, near Lyon.  AFP PHOTO / PHILIPPE MERLE / AFP PHOTO / PHILIPPE MERLE
15 Avr

La Suisse veut interdire l’expérimentation animale et humaine

Genève – L’initiative populaire fédérale «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine – Oui aux approches de recherche qui favorisent la sécurité et le progrès», déposée le 18 mars 2019, a réuni les signatures nécessaires pour être soumise à un référendum populaire en Suisse, a souligné la Chancellerie fédérale.

La Chancellerie souligne dans un communiqué avoir constaté, après vérification, que 123 640 des 124 277 signatures déposées sont valables.

L’initiative « Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine – Oui aux approches de recherche qui favorisent la sécurité et le progrès » précise que l’expérimentation animale est considérée comme un mauvais traitement infligé aux animaux et peut constituer un crime.

Lancé en 2017 par des citoyens saint-gallois, le texte propose de remplacer la pratique actuelle par des méthodes alternatives plus éthiques et moins coûteuses. Ses promoteurs dénoncent des méthodes « peu transparentes » qui causent des « souffrances inutiles aux animaux » et dont le succès n’est pas garanti.

L’initiative prévoit aussi d’interdire le commerce, l’importation et l’exportation de produits faisant directement ou indirectement l’objet d’expérimentation animale ou humaine. Elle est soutenue par quelque 80 organisations.

Voir Aussi