InitiativesL’Agence américaine de protection de l’Environnement annonce le lancement d’un système de…

Initiatives

epa-logo-11
03 Juil

L’Agence américaine de protection de l’Environnement annonce le lancement d’un système de manifeste électronique sur les déchets dangereux

Washington – L’Agence américaine de protection de l’Environnement (EPA) a annoncé le lancement d’un système de manifeste électronique sur les déchets dangereux baptisé « e-Manifest ». Le système améliorera l’accès à des données de meilleure qualité et plus rapides sur les cargaisons de déchets dangereux et fera économiser à l’industrie et aux Etats un temps précieux et des ressources de l’ordre de 90 millions de dollars par an.

«La création du système de manifeste électronique démontre l’engagement de l’EPA en faveur de l’innovation et de la collaboration étroite avec les États et le secteur privé», a déclaré l’administrateur de l’EPA, Scott Pruitt, dans un communiqué.

Grâce à cette vaste modernisation du programme des déchets dangereux, le système du manifeste électronique réduira considérablement les fardeaux réglementaires et permettra aux entreprises et aux États de gagner du temps et des ressources, tout en améliorant la protection de la santé humaine et de l’environnement, a-t-il assuré.
Canada :

– Le gouvernement canadien a annoncé avoir bloqué la construction de la mine d’or et de cuivre Ajax, en Colombie-Britannique, en raison des « effets environnementaux négatifs importants » qu’elle provoquerait.

Le projet de mine à ciel ouvert de 1.700 hectares près de Kamloops, du groupe polonais KGHM, avait déjà été rejeté l’année dernière par le gouvernement provincial suite à une étude environnementale montrant l’impact néfaste sur l’environnement qu’aurait la mine si elle était construite.

« Le projet est susceptible d’entraîner des effets environnementaux négatifs importants qui ne peuvent être justifiés dans les circonstances actuelles », a annoncé le gouvernement d’Ottawa, soulignant que cette décision s’appuie notamment sur des consultations avec les peuples autochtones locaux et une évaluation des émissions de gaz à effet de serre liées au projet.

Par ailleurs, le gouvernement canadien a approuvé la construction au Québec d’une autre mine d’or et de cuivre à ciel ouvert, Akasaba Ouest, du groupe canadien Agnico Eagle.

Pour le gouvernement fédéral, le projet Akasaba Ouest « n’est pas susceptible d’entraîner directement des effets environnementaux négatifs importants, en raison de sa taille relativement petite et de sa courte durée de vie ».
Mexique :

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture a annoncé que la vallée de Tehuacan-Cuicatlan au Mexique, qui abrite plus de 140 espèces d’oiseaux, a été inscrite lundi sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

« Nous sommes tous très contents et fiers pour le Mexique », a déclaré la conseillère chargée des affaires culturelles de la délégation mexicaine à l’Unesco, Susana Franco.

Cette vallée, d’une surface de près de 150.000 hectares, compte un riche patrimoine culturel et naturel.

D’après le ministère mexicain de l’Environnement et des ressources naturelles, la vallée protège environ 141 espèces d’oiseaux, parmi lesquels les colibris, considérés comme d’importants pollinisateurs pour certains cactus, et abrite 10% des 300.000 espèces de plantes vasculaires connues du Mexico.

Enclavée entre les Etats de Puebla et Oaxaca, cette vallée abrite des vestiges remontant aux origines de l’agriculture et à la transition des sociétés de chasseurs-pêcheurs vers des sociétés plus sédentaires, avec notamment des peintures rupestres, des cimetières et des citadelles.

Tehuacan-Cuicatlan est le deuxième site mexicain inscrit au patrimoine de l’humanité, après l’Ancienne cité maya et les forêts tropicales protégées de Calakmul, dans la péninsule du Yucatan (sud), qui ont fait leur entrée en 2016.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée de mardi 3 juillet 2018.

=================

Panama :

L’UNESCO a décidé de ne pas inclure le parc naturel de Coiba, au Panama, dans sa liste du patrimoine mondial en danger, a indiqué le ministère panaméen de l’environnement.

Cette décision intervient suite aux efforts de plusieurs intervenants institutionnels et l’engagement du Panama à consolider le développement durable, selon la même source.

Créé en 1991, le parc naturel de Coiba est situé sur la côte atlantique du Panama et compte une grande diversité biologique et animalière.

Voir Aussi