InitiativesLutte contre le réchauffement climatique: des membres du gouvernement français plaident pour une…

Initiatives

Picture of the Los Laureles dam, which along the Concepcion reservoir, supplies with potable water to over one million people in Tegucigalpa, taken on May 2, 2017.
Hot temperatures and deforestation have reduced water level at Los Laureles and Concepcion to 50 percent of their capacity which will soon cause water rationing in the Honduran capital. / AFP PHOTO / Orlando SIERRA
10 Déc

Lutte contre le réchauffement climatique: des membres du gouvernement français plaident pour une taxe européenne sur les transactions financières

Paris – A deux jours du Sommet de Paris sur le climat, quatre membres du gouvernement français ont plaidé pour une taxe européenne sur les transactions financières (TTF) à titre de contribution au financement de la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans une tribune publiée sur les colonnes du Journal du Dimanche (JDD), les quatre ministres ont souligné leur mobilisation pour que la TTF mise en place par la France pour soutenir son action pour le climat « devienne européenne ».

« Nous ferons en sorte que chacun participe à cette solidarité », ont affirmé les ministres français de l’Economie Bruno Le Maire, de la Transition écologique Nicolas Hulot, de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et de la Recherche Frédérique Vidal, rappelant la promesse des pays du Nord de porter à 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 leurs financements climat aux pays du Sud.

La France avait essayé de relancer au mois de septembre le projet de création d’une TTF européenne au point mort depuis années.

Le président Emmanuel Macron avait proposé alors d’instaurer cette taxe au niveau européen en en utilisant « intégralement » les recettes pour le financement de l’aide au développement.

Le « One Planet Summit », qui se tiendra mardi à Paris, doit concentrer ses travaux sur la question du financement de la lutte contre le changement climatique.

L’idée de ce sommet, qui intervient deux ans jour pour jour après l’adoption de l’Accord de Paris lors de la COP21, avait été lancée juste après l’annonce du retrait américain de cet Accord.

Voir Aussi