InitiativesPortugal: Les mesures visant à réduire l’utilisation des emballages en plastique peuvent inclure…

Initiatives

A person holds a plastic bag on June 30, 2014 in a supermarket in Paris. A governmental amendment added to the biodiversity bill on June 25, aims for a total ban on single-use plastic bags. The Federation of plastics and composite materials estimated on June 27 that the ban on single-use plastic bags starting on 2016 "threatens 3.000 jobs". AFP PHOTO / FRED DUFOUR / AFP PHOTO / FRED DUFOUR
04 Juin

Portugal: Les mesures visant à réduire l’utilisation des emballages en plastique peuvent inclure des incitations fiscales ou taxes

Lisbonne – Les mesures visant à réduire l’utilisation des emballages en plastique peuvent inclure des incitations fiscales ou taxes, ayant pour but de changer les comportements, ainsi que des plaques signalétiques dans les magasins avec de bonnes pratiques, selon le secrétaire d’État à l’environnement.

«Nous allons essayer de parvenir à un consensus sur une législation complémentaire», a déclaré Carlos Martins dans une interview à l’agence Lusa, mais aussi de signer des contrats avec les opérateurs qui ont une activité liée à la consommation de plastique et de voir dans quelle mesure le budget de l’Etat pour 2019 dans son volet fiscal « peut être reflété, que ce soit à travers une incitation à d’autres alternatives ou une taxe pour réduire » l’utilisation de ce matériel.

Les incitations auront pour objectif de changer les comportements des consommateurs et à incorporer de nouvelles alternatives technologiques chez les producteurs ou les distributeurs de biens.

Les changements de comportement, a-t-il souligné, « ne se font pas en un clin d’oeil, les gens ne peuvent pas changer leurs habitudes de façon radicale juste à cause d’une loi ou une orientation. Ils ont besoin de temps pour s’adapter tout comme les industries, les restaurants, les distributeurs eux-mêmes et les producteurs « .

Voici le bulletin de l’écologie de l’Europe Occidentale pour la journée du lundi 04 juin 2018:

Bruxelles –  La décision de principe d’interdire à Bruxelles les véhicules propulsés au diesel à partir de 2030 ne peut se traduire par un simple effet d’annonce débouchant au final sur une série d’exonérations, a estimé dimanche le ministre bruxellois de l’Economie et de l’Emploi Didier Gosuin.

Pour le ministre, l’étude à laquelle s’est engagé le gouvernement bruxellois devra être menée très sérieusement.

« Il ne faut pas prendre le citoyen pour un imbécile sinon nous en restons à la pétition de principe. Un tel objectif impose une étude sérieuse et un travail de fond dans la transparence », a confié M. Gosuin aux journalistes en marge du congrès de lancement de la campagne électorale de son parti, DéFI, pour les communales à Bruxelles.

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-

Madrid, – Le parc naturel de Montseny, en Catalogne (nord-est de l’Espagne), célèbre le 40ème anniversaire de sa déclaration par l’UNESCO comme réserve de la biosphère en 1978, une reconnaissance qui est intervenue seulement quelque mois après la création de cette réserve par les autorités des provinces de Barcelone et de Gérone.

Ce parc, qui avait été déclaré réserve de la biosphère dans le cadre du programme «L’Homme et la biosphère», couvre actuellement une superficie de plus de 100.000 ha, qui s’étend sur 18 municipalités comptant au total plus de 52.000 personnes.

Dans une déclaration à cette occasion, la présidente du conseil provincial de Barcelone, Mercè Conesa, a souligné l’importance de cette réserve naturelle dans la promotion de l’économie circulaire et le développement durable, notant que la désertification de ce territoire constitue l’un des principaux problèmes auxquels se heurte le conseil.

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-

Paris,- L’Assemblée nationale française a examiné la semaine dernière dispositions portant sur la loi Littoral.

Les débats ont témoigné de l’attachement du Gouvernement et de l’Assemblée Nationale au patrimoine littoral qui constitue une grande richesse nationale au service de l’attractivité des territoires et du cadre de vie des Français, a souligné le ministère de le Transition écologique et solidaire dans un communiqué.

Les députés français ont encadré la mesure visant à permettre de densifier les dents creuses tout en restreignant son application en dehors des espaces proches du rivage et dans le seul objet d’améliorer l’offre de logement et l’installation de services publics. L’autorisation sera refusée quand les constructions porteront atteinte à l’environnement ou aux paysages, a ajouté la même source, précisant que les débats ont aussi permis d’améliorer les conditions par lesquelles des installations nécessaires aux activités agricoles et notamment marines permettent de s’installer.

Sur proposition du Gouvernement, les députés ont supprimé l’article permettant l’installation d’installations de panneaux photovoltaïques en dérogation de la loi Littoral, selon le communiqué qui précise que tout en confirmant leur attachement au développement des énergies renouvelables, ils rappellent leur attachement à la préservation du cadre paysager du littoral.

Voir Aussi