InitiativesDes services de la santé et de l’environnement du Sénégal et du Mali effectuent une formation…

Initiatives

This general view taken on November 16, 2017, shows the colours of autumn foliage in the Natural National Reservoir of the Massane Forest, in the Albères massif above the town of Argelès-sur-Mer in the southern French department of Pyrénées-Orientales. / AFP PHOTO / RAYMOND ROIG
15 Mai

Des services de la santé et de l’environnement du Sénégal et du Mali effectuent une formation visant à renforcer les capacités de prévention et de riposte contre les foyers d’Influenza aviaire hautement pathogène

Dakar -Des services de la santé et de l’environnement du Sénégal et du Mali ont effectué, récemment, une formation visant à renforcer les capacités de prévention et de riposte contre les foyers d’Influenza aviaire hautement pathogène.

Conduit par la FAO, cet exercice conjoint de simulation sur le terrain pour le contrôle de foyers d’Influenza aviaire hautement pathogène s’est tenu à la frontière entre le Sénégal (Kidira) et le Mali (Diboli).

Présidant la rencontre, le ministre de l’Élevage et des productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye a indiqué que l’exercice conjointe permettra de former les acteurs des deux pays à se préparer à conduire une riposte appropriée et de clarifier leurs rôles et leurs responsabilités en cas de crise.

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mardi 15 mai :.

Mali :.

–Le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malik Alhousseini s’est rendu récemment à Kolokani pour apprécier l’état d’avancement des travaux et voir la centrale thermique de l’Énergie du Mali et les installations d’eau dans la même localité, selon la presse locale.

Bâtie sur une superficie de 2 ha, la centrale de Kolokani dispose d’un parc de production de trois groupes pour une puissance installée de 650 KW et une puissance exploitable de 280 KW (la puissance de pointe est de 135 KW, soit une marge 145 KW).

Quant au réseau de distribution, il est long de 14 km dont 2,2 km pour la moyenne tension.

Gabon :.

–Le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) et le Groupe Eranove lancent au Gabon les sociétés ASOKH ENERGY et LOUETSI HYDRO qui porteront les projets hydroélectriques respectivement de Ngoulmendjim et de Dibwangui.

Les centrales hydroélectriques de Ngoulmendjim (ASOKH ENERGY) à 125 km de Libreville et de Dibwangui (LOUETSI HYDRO) au sud-ouest du pays contribueront à répondre à la double volonté du gouvernement gabonais de sécuriser l’offre énergétique dans les grands centres urbains et péri-urbains du pays et d’accroître la part de l’énergie hydroélectrique dans son mix énergétique.

Burkina :.

–La Fédération des verts africains a tenu, le week-end dernier à Ouagadougou, son 4è congrès sous le thème « Politique verte pour une Afrique durable » avec la participation d’écologistes venus de 25 pays du continent.

Selon le président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF), Adama Séré, il est urgent de sauver la planète-terre en général et l’Afrique en particulier des affres des changements climatiques.

Quant au secrétaire général de la Fédération des verts africains, Papa Meissa Dieng, il a souligné que tous les signaux sont au rouge parce que les hommes détruisent leur environnement chaque jour.

Ghana :.

–L’Assemblée municipale de Ga East a pris de nouvelles mesures pour relever le grand défi de l’assainissement à la municipalité, tout en impliquant les enfants.

Pour ce faire, l’assemblée a appelé les écoles publiques à créer des clubs « Green View Environmental » afin de réaliser l’ambition de faire d’Accra la ville la plus propre d’Afrique.

La ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne-Désirée Ouloto, a invité les populations riveraines du parc national de la Comoé, à davantage maintenir le cap dans la préservation de cette aire protégée, désormais patrimoine mondial de l’UNESCO et réserve de biosphère.

Kenya :.

–Plusieurs petits commerces et constructions illégales construits le long de la rivière de Nairobi ont été démolis lors d’une opération, lancée vendredi, ont rapporté des médias locaux.

Menée par le « National Youth Service » (NYS), cette opération s’inscrit dans le cadre du programme de régénération urbaine de la capitale kényane, a-t-on souligné.

Ainsi, des kiosques, des petits restaurants, des panneaux d’affichage et d’autres constructions illégales, aménagés à moins de 30 mètres de la rivière, ont été détruits, a-t-on précisé de même source.

KS

Voir Aussi