InstitutionsLes Etats-Unis seraient en mesure d’atteindre leurs engagements de réduction des émissions…

Institutions

Antonio Guterres - MAPECOLOGY
30 Mar

Les Etats-Unis seraient en mesure d’atteindre leurs engagements de réduction des émissions contractés dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat (Guterres)

Washington – Les Etats-Unis seraient en mesure d’atteindre leurs engagements de réduction des émissions contractés dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, et ce en dépit du retrait annoncé par Washington de cet instrument international et de la position de l’administration Trump sur la question du changement climatique, a estimé jeudi le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Selon lui, le rôle des gouvernements, à travers le monde, est de moins en moins déterminant en matière de réduction des émissions de CO2, à la faveur de celui des acteurs économiques et de la société.

« Je dois dire que je suis encouragé par les réactions très positives de la communauté des affaires américaines et les autorités locales et régionales américaines » pour ce qui est des engagements à réduire les émissions de CO2, a déclaré M. Guterres, lors d’une conférence de presse à New York.
Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée de vendredi 30 mars 2018.

Canada :.

Le gouvernement du Québec a annoncé l’octroi d’une aide financière de 20,5 millions de dollars à la ville de Montréal pour la réalisation de l’écoquartier du Technopôle Angus, un projet de revitalisation urbaine structurant pour l’est de la ville, qui met de l’avant des solutions innovantes et modernes sur le plan écologique et énergétique.

Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs gouvernementaux en matière d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de développement durable et d’adaptation aux changements climatiques.

L’investissement annoncé témoigne, en outre, de la volonté du gouvernement de faire de Montréal une métropole innovante et verte et d’agir concrètement pour améliorer la qualité de vie des citoyens et des familles.

Cet objectif guide d’ailleurs les priorités établies par les intervenants de la région de Montréal dans le cadre de la Stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité du territoire 2018-2022.

«Le gouvernement du Québec est fier de contribuer au déploiement de l’écoquartier du Technopôle Angus, qui attirera dans l’est de Montréal des jeunes familles et des entreprises. Ce projet aura des retombées positives multiples sur la collectivité, notamment sur la qualité de vie des travailleurs et des résidents de ce quartier ainsi que sur l’économie et l’environnement», a déclaré, dans ce sens, le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux.

=========================

Mexique

Les espaces naturels protégés au Mexique progressent en nombre et en surface, selon le ministre mexicain du tourisme, qui a fait savoir que le nombre des zones naturelles protégées a augmenté de 257 depuis 2012 grâce à des politiques publiques visant la promotion du tourisme durable.

S’exprimant mercredi à Cancun devant les participants au sommet sur le tourisme social et durable 2018, la secrétaire de la Planification et de la Politique touristique Teresa Solis a souligné que plusieurs programmes de gestion du tourisme durable ont été mis en oeuvre ces dernières années, notant que depuis 2016, les efforts ont été redoublés en coordination avec d’autres institutions fédérales et gouvernements locaux pour l’aménagement de la réserve de Biosphère des Caraibes mexicains.

Cette réserve est considérée comme une des plus vastes structures de son genre dans le bassin des Caraïbes, est la plus importante du Mexique.

Selon le président du comité d’organisation de ce sommet, Vincente Ferreyra, l’objectif de cette rencontre sur le tourisme durable est de promouvoir à travers l’échange d’expériences et d’expertises l’écotourisme.

Et d’ajouter qu’avec ses 25 sites culturels et 4 sites naturels qui y sont enregistrés au Patrimoine de l’Humanité de l’UNESCO, le Mexique, qui est souvent vu comme une destination culturelle, n’en demeure pas moins une intéressante destination d’écotourisme.
Congrès international sur le capital humain et le marketing territorial : La 2è édition les 13 et 14 avril à Ouarzazate
Texte
Rabat, 30/03/2018 (MAP) – La deuxième édition du Congrès international sur le capital humain et le marketing territorial en tant que vecteurs du développement durable dans les oasis et les zones de montagnes se tiendra les 13 et 14 avril à Ouarzazate, avec la participation de plus de 120 chercheurs marocains et étrangers spécialisés dans le développement durable et le capital humain.

Initiée par le Centre international des études et des recherches stratégiques de gouvernance spatiale et développement durable dans les oasis et les montagnes, en partenariat avec des institutions nationales et internationales, sous le signe « Ouarzazate, capitale internationale de l’énergie solaire et de la fructification des ressources territoriales », cette rencontre sera marquée par la participation de représentants de gouvernements, du secteur privé, de la société civile, d’organismes internationaux, ainsi que d’ambassadeurs étrangers, indique vendredi un communiqué du Centre international des études et des recherches stratégiques.

Elle ambitionne de promouvoir les dimensions historiques, patrimoniales et culturelles dont regorgent les zones oasiennes, sahariennes et de montagne, et particulièrement le patrimoine humain qui doit être investit dans le développement spatial de ces régions, précise le communiqué.

Le Congrès vise également à favoriser le partage des expertises entre les différents intervenants et acteurs concernés, selon des approches variées à partir des expériences sur le terrain aux niveaux africain et maghrébin, mais aussi au niveau des pays du Golf, connus par la richesse de leurs oasis et déserts, selon la même source.

L’objectif est de chercher les mécanismes stratégiques nécessaires à même de placer l’homme au cœur des opérations de développement dans les zones qui souffrent de la précarité et du manque de ressources, notamment les zones oasiennes et sahariennes dans la région du Drâa-Tafilalet et dans d’autres pays africains.

Au terme de leurs travaux, les participants doivent formuler des recommandations destinées aux responsables concernés en vue de les adopter pour des projets économiques générateurs de revenus et à chercher des solutions scientifiques pour l’exploitation des ressources territoriales dans le développement local.

Cette manifestation est organisée en partenariat notamment avec la Fondation du Grand Ouarzazate pour le développement durable, la faculté polydisciplinaire d’Ouarzazate, l’Agence du bassin hydraulique de Ziz-Ghris-Guir et des centres de patrimoine et d’archéologie au Portugal.

Voir Aussi