InstitutionsL’ONU demande aux pays de l’Amérique latine de fermer les décharges à ciel ouvert pour des raisons…

Institutions

ONU- ECO
09 Oct

L’ONU demande aux pays de l’Amérique latine de fermer les décharges à ciel ouvert pour des raisons environnementales et sanitaires

Buenos Aires – L’Organisation des Nations Unies (ONU) a demandé aux pays ayant participé, mardi à Buenos Aires, à la XXIe Réunion du Forum des ministres de l’Environnement d’Amérique latine et des Caraïbes, de fermer leurs décharges à ciel ouvert pour des raisons environnementales et sanitaires.

« Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes doivent accorder la priorité politique maximale à la gestion appropriée des déchets, en tant qu’étape essentielle pour renforcer l’action climatique et protéger la santé des habitants », a déclaré le directeur régional de l’ONU pour l’environnement pour les Amériques, Leo Heileman, lors de la réunion.

L’objectif de cette réunion, qui se tient jusqu’à vendredi, est d’examiner des solutions innovantes pour lutter contre la pollution, la décarbonisation de l’économie et l’utilisation efficace des ressources naturelles, a expliqué l’organisation dans un communiqué de presse.

Selon l’étude « Perspective de la gestion des déchets en Amérique latine et dans les Caraïbes » présentée lors de ce conclave, 145.000 tonnes de déchets, appartenant à 27% de la population de la région, sont déposés tous les jours de manière « inadéquate ».

Ces déchets génèrent un « risque élevé » pour la santé des personnes vivant à proximité et des collecteurs de matériaux, en plus d’être « un foyer de gaz à effet de serre », ils causent de « graves dommages au tourisme et agriculture » et menacent la biodiversité, relève cette étude, qui fait observer qu’en raison de l’achat de produits « utilisables et jetés », les déchets augmenteront d’environ 25% en 2050 et atteindront 671.000 tonnes par jour, contre 541.000 en 2014.

Par conséquent, l’étude appelle les pays de la région à fermer « progressivement » les décharges à ciel ouvert et à se conformer aux Objectifs de développement durable (ODD) de 2030.

Voir Aussi