LeadersSommet Développement durable et dette : le président sénégalais appelle à consentir plus d’efforts…

Leaders

Sans titre-3 copier
03 Déc

Sommet Développement durable et dette : le président sénégalais appelle à consentir plus d’efforts pour accroître les recettes fiscales

Diamniadio (Sénégal) – Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, a invité, lundi à Diamniadio (à une trentaine de km de Dakar), les pays africains à consentir plus d’efforts pour accroître les recettes fiscales et vaincre la pauvreté.

« L’Afrique est en quête d’émergence ou presque, tout reste à construire sur ce continent », a-t-il déclaré, en présidant l’ouverture d’une conférence internationale sur « Développement durable et dette soutenable : trouver le juste équilibre ».

De même, Macky Sall a mis en relief l’importance d’investir massivement dans les infrastructures physiques et immatérielles, en présence des présidents Rock Marc Christian Kaboré (Burkina Faso), Mouhamadou Issoufou (Niger), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Faure Gnassingbé (Togo) et Patrice Talon (Bénin).

« Les besoins en investissements de l’Afrique sont estimés à plus de 150 milliards de dollars par an, alors que les ressources que nous y consacrons annuellement sont de 31 milliards de dollars », a-t-il fait remarquer.

De leurs côtés, les présidents de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, et du Niger, Mouhamadou Issouffou, ont souligné la nécessité pour les pays africains de recourir à l’endettement pour mettre en oeuvre leur politique de développement.

« La dette est une nécessité. De mon point de vue, nous les pays africains nous ne devons pas avoir peur de nous endetter. Mais à condition de le faire de manière raisonnable, que ça soit de la dette saine, concessionnelle et remboursable par nos recettes propres. Plutôt que d’aller s’endetter pour payer la dette engagée antérieurement », a dit M. Alassane Ouattara.

Pour sa part, Mouhamadou Issouffou a plaidé pour la poursuite de cette politique d’endettement.

« Il faut continuer à s’endetter, c’est évident. C’est vrai, il faut que la dette soit soutenable. Mais nous ne pouvons pas nous arrêter de nous endetter. Pour investir, il faut s’endetter. Nous avons des ressources internes, mais il faut s’endetter », a indiqué le président nigérien, appelant à repenser la gouvernance économique mondiale.

Cette rencontre, initiée par le FMI, le Sénégal, les Nations unies et le Cercle des économistes a été l’occasion pour les participants de discuter de leur contribution au développement durable en Afrique subsaharienne.

Voir Aussi