RégionsL’Andalousie est la communauté autonome espagnole qui a utilisé la plus grande quantité d’eau pour…

Régions

A Palestinian farmer waters grapes during the harvest season at a vineyard in Gaza City on July 19, 2017. 

According to the Ministry of Agriculture Gaza produces roughly 8115 tons of grapes annually. / AFP PHOTO / MOHAMMED ABED
19 Juil

L’Andalousie est la communauté autonome espagnole qui a utilisé la plus grande quantité d’eau pour l’irrigation en 2016

Bruxelles – L’Andalousie a été la communauté autonome espagnole qui a utilisé la plus grande quantité d’eau pour l’irrigation au cours de l’année 2016, avec un total de 4.086 hectomètres cubes, suivie par l’Aragon, avec une consommation de 2.032 hectomètres cubes. Les deux régions représentaient 40,9% du total d’eau utilisée en Espagne pour l’irrigation au cours de cette année.

Selon l’enquête sur l’utilisation de l’eau dans le secteur agricole de 2016 publiée par l’Institut national de la statistique (INE), le volume d’eau utilisé cette année par les exploitations agricoles s’élève à 14.949 hectomètres cubes, un chiffre similaire à celui de l’année précédente.

La région de Castilla y León a utilisé dans 2.008 hectomètres cubes, soit une baisse de 7,7% par rapport à l’année précédente, tandis que Castilla-La Manche a augmenté sa consommation de 14,5%, atteignant 1.655 hectomètres cubes.

La Rioja a été le territoire qui a utilisé le moins d’eau, avec 167 hectomètres cubes, suivie par la Navarre, qui a utilisé 393 hectomètres cubes d’eau.

——————————————
Voici le bulletin de l’écologie de l’Europe occidentale pour la journée du jeudi 19 juillet 2018:

Paris – La France a présenté à l’occasion d’un Forum politique de haut niveau des Nations unies consacré aux Objectifs de développement durable (ODD), tenu du 16 au 18 juillet à New York, l’odyssée du bateau Energy-Observer, premier navire hydrogène visant l’autonomie énergétique, un exemple concret de l’engagement hexagonal en la matière, indique un communiqué du ministère français de la transition écologique et solidaire.

Le capitaine fondateur d’Energy-Observer, Victorien Erussard, désigné ambassadeur pour la France des ODD et la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, devaient présenter la mission pédagogique de cette odyssée de six ans (2017-2022) autour du monde, destinée à sensibiliser le plus grand nombre à la lutte contre le réchauffement climatique.

Energy-Observer, premier navire autonome en énergie sans émission de gaz à effet de serre ni particules fines, fonctionnant grâce à un mix d’énergies renouvelables et un système de production d’hydrogène décarbonée à partir de l’eau de mer, avait quitté Venise (Italie) pour rejoindre la France, puis les îles Baléares, après des escales en Albanie, au Monténégro et en Croatie. 50 pays au total seront visités.

À chaque étape, un village itinérant permet de rencontrer et d’échanger avec les citoyens, représentants politiques, acteurs de la vie économique et sociale… pour aller chercher les solutions durables là où elles se trouvent et participer à leur déploiement. Tout en testant, éprouvant et optimisant les technologies embarquées, il s’agit aussi de montrer que les transitions écologique et énergétique sont possibles.

—————————————-

Madrid – Un parasite menace l’une des espèces les plus emblématiques de la Méditerranée, la grande nacre (Pinna nobilis), indique un communiqué du Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

Les premiers événements de mortalité massive ont été enregistrés dans les populations du sud-est de la péninsule Ibérique et dans les îles Baléares fin 2016, relève la même source. Très rapidement, ces épisodes se sont étendus à d’autres zones côtières.

A ce jour, cette mortalité massive a affecté toutes les populations de la côte espagnole (avec un taux de mortalité de 99%) et plusieurs endroits en Corse et en Italie (Sicile, Sardaigne, Pouilles et Campanie).

« Si les événements de mortalité massive observés dans d’autres populations au sud de la Tunisie et au nord de la Turquie sont confirmés dans les prochaines semaines, cela signifierait que le parasite peut se propager sur de longues distances en très peu de temps et que l’espèce pourrait se trouver dans une situation critique », indique María del Mar Otero, experte marine du Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN.

Endémique de la Méditerranée, la grande nacre est le coquillage bivalve le plus grand de cette mer. La Directive Habitat Faune-Flore la définit comme espèce animale d’intérêt communautaire nécessitant une protection stricte. Elle a été classée comme espèce menacée par le Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée dans le cadre de la Convention de Barcelone.

—————————————-

Lisbonne – Le conseil municipal de Lisbonne a annoncé mercredi son intention de doter la capitale d’une centrale photovoltaïque opérationnelle en 2010, dans la région de Vale do Forno, pour fournir des véhicules électriques et réduire l’énergie fossile dans la ville.

Le conseiller municipal en charge de l’environnement José Sá Fernandes estime que d’ici 2020 la capitale aura une ligne de tram électrique, 20 bus et 50 véhicules pour la collecte des déchets fournis par l’énergie solaire.

Cette révélation a été faite lors de la visite d’une exposition sur les transformations environnementales qui affectent la planète, au Musée d’Art, d’Architecture et de Technologie (MAAT).

Le Conseiller, qui a choisi l’exposition pour parler du travail à accomplir dans le cadre du programme Lisbonne Capitale européenne verte de 2020, au titre duquel la municipalité a reçu 350.000 euros de la Commission européenne, a mis l’accent sur l’intention du conseil de lutter contre l’énergie fossile et avoir plus de « production solaire pour fournir des bus et des voitures électriques » à Lisbonne.

——————————————-

Bruxelles – Dix sept nouvelles éoliennes, représentant une capacité supplémentaire de 36 MW, ont été installées en Wallonie au cours des six premiers mois de 2018, rapporte l’agence Belga.

Ces nouvelles installations portent à 872 MW la puissance installée des éoliennes dans la région Wallone, soit l’équivalent de la consommation de plus de 507.000 ménages, précise l’agence de presse belge, citant des communiqués de l’Association pour la promotion des énergies renouvelables (Apere) et de la fédération des entreprises actives dans les énergies renouvelables (Edora).

Sur la base des projets en cours de réalisation, l’Apere s’attend à ce que 100 MW de nouveaux mâts soient installés en 2018, après 86 MW en 2017 et 42 MW en 2016.

Si la barre des 100 MW nouvellement installés est bien atteinte en 2018, le taux d’installation annuelle serait en phase avec les objectifs éoliens du gouvernement wallon pour la première fois depuis sept ans.

Voir Aussi