En vedetteLes jardins exotiques de Sidi Bouknadel: Un voyage des sens dans le temple des plantes

En vedette

Jardins exotiques de Bouknadel
12 Juin

Les jardins exotiques de Sidi Bouknadel: Un voyage des sens dans le temple des plantes

.-Par: Bouchra FADEL-.

Rabat, 12/06/2018 (MAP), Ils sont juchés dans un endroit enchanté où l’âme est en joie dans les tréfonds d’un jardin. Les bambous majestueux, sertis de graffitis d’amour, s’offrent aux visiteurs contemplatifs qui aiment s’enivrer des charmes de la nature et se recueillir dans le silence. Un silence que ne trouble aucun autre bruit que le beau murmure de l’eau allié au chant des oiseaux.

Les jardins exotiques de Sidi Bouknadel sont, depuis leur création, le témoin d’un passage furtif, complice d’un moment de bonheur ou d’un engagement constant.

L’appellation « jardins exotiques » n’est pas usurpée. Le site est un véritable Eden terrestre. Oiseaux, arbres et plantations de divers horizons et continents sont subtilement disposés et des parcours sont harmonieusement agencés.

C’est ainsi que le concepteur initial, l’ingénieur Marcel François, a pu imaginer et engendrer depuis les années cinquante cet espace vert. Il a voué dix années à la réalisation de ces merveilles naturelles qu’il a gérées jusqu’à sa retraite, avant de hisser et léguer cet écrin végétal et ornemental à la postérité !

Que de couleurs douces et de contrastes harmonieusement établis à travers les parcours. Et avec comme point de départ de ce « pèlerinage » initiatique une grotte artificielle. Un détail original qui confère au lieu un caractère exotique et une certaine sacralité quant à sa découverte. Tout visiteur reste libre de s’y conformer ou de s’en dissocier.

« En montant de la grotte, l’on se retrouve face aux différents jardins aménageant et composant le site. C’est là une idée on ne peut plus ingénieuse de M. François. A cela s’ajoutent les monticules qui créent un mouvement de terrain donnant au visiteur l’impression que l’espace visité est beaucoup plus grand qu’il ne l’est en réalité », explique, sur un ton d’admiration, Yasser Ouguerd, un technicien du jardin.

Ainsi, la simple visite du jardin devient un voyage dans l’espace et dans le temps, grâce à ce subtil tour de magie.

« A noter que le conseil municipal de Salé a décidé d’annexer audit Jardin trois autres hectares avoisinants et destinés à la mise en place d’un arborétum, d’une ferme pédagogique ainsi que d’un centre pour l’éducation environnementale », note M. Ouguerd.

« C’est un lieu où tout y est suggéré et exposé avec subtilité et un certain raffinement de l’esprit ! », souligne, avec fierté, Ibrahim Haddane, directeur du jardin.

C’est le cas des bassins et étangs aux parcours diversifiés et aménagés de manière astucieuse. Que de sensations de bien-être et d’intimité y sont permises et offertes pour l’esprit qui s’y retrouve conquis par l’harmonie de la conception globale de ce lieu enchanteur, marqué par l’exotisme inattendu.

« Disposant d’un micro climat, Sidi Bouknadel est un lieu idéal… Il sied à toutes les plantes désertiques, tropicales ou des plantes originaires des montagnes… M. François aura ramené 320 espèces différentes de plantes qui forment nos jardins, entre autres « l’arbre boxeur »’ (l’arbre le plus ancien du Jardin), en plus des plantes autochtones marocaines, soit en gros une centaine d’espèces… parmi lesquelles les plantes aromatiques, les plantes médicinales…etc », renchérit M. Haddane.

Le tout fait que le jardin dispose aujourd’hui d’un patrimoine considérable où toutes les plantes vivent en symbiose et en parfaite harmonie.

« C’est une véritable société cosmopolite. Toutes ces plantes et bien qu’elles viennent d’endroits différents et lointains, elles s’acceptent et vivent en osmose. C’est là une véritable leçon d’altérité florale », confie, en guise de reconnaissant émerveillement, un promeneur solitaire.

Un voyage des sens dans le temple des plantes!

PS.

Voir Aussi