En vedettePré-COP23: La présidence fidjienne décidée à maintenir le dynamisme de Marrakech

En vedette

cop22-logo
17 Oct

Pré-COP23: La présidence fidjienne décidée à maintenir le dynamisme de Marrakech

Nadi (Iles Fidji) – Le champion fidjien de haut niveau pour le climat pour la COP23, Inia Batikoto Seruiratu, a souligné, mardi à Nadi (nord-ouest des îles Fidji), que la présidence fidjienne de la COP23 est décidée à maintenir le dynamisme déclenché lors de la COP22 à Marrakech.

« Nous comptons maintenir le dynamisme déclenché à la COP22 à Marrakech et espérons lui donner un nouvel élan » pour se rapprocher des objectifs de l’Accord de Paris, a indiqué le responsable fidjien dans une déclaration à la MAP en marge des travaux de la Pré-COP23.

M. Seruiratu, également ministre de l’Agriculture, a exprimé ses remerciements à la présidence marocaine pour son soutien et sa volonté de continuer son engagement après la fin de son mandat, ajoutant que les deux présidences entretiennent de « très bonnes » relations marquées par « une vision commune pour un avenir meilleur ».

Et d’expliquer que le « Partenariat de Marrakech pour l’action climatique globale », une initiative qui vise à accélérer l’action climatique pour la période 2017-2020 et permet de rassembler les acteurs étatiques et non-étatiques engagés dans l’action climat au sein d’une même plateforme, est « une feuille de route qui inspirera notre présidence » pour partager les succès, les leçons et les meilleures pratiques.

Revenant sur le rôle de la présidence fidjienne, le ministre a affirmé que son pays, qui représente les pays du Pacifique fortement vulnérables aux effets des changements climatiques, « prend ce rôle au sérieux » et est très conscient du devoir dont a hérité cette région, formée de 300 îles volcaniques.

La présidence fidjienne place comme priorité la préservation du consensus multilatéral inscrit dans l’Accord de Paris pour des réductions substantielles des émissions des gaz à effet de serre, a-t-il indiqué, ajoutant qu’elle prévoit également de maintenir l’élan pour la mise en œuvre de l’Accord par le biais d’une vague d’actions climatiques qui requiert l’implication de toutes les parties.

Dans ce sens, il a relevé que l’accent sera mis notamment sur des sujets spécifiques aux îles, notamment la gestion de l’eau et la réduction de l’impact des changements climatiques sur les océans.

Pour réussir les différents efforts, il a appelé à bâtir une « Grande Coalition », composée de la société civile, la communauté scientifique, le secteur privé et touts les autorités, y compris les villes et les régions, dans le but d’accélérer l’action climatique.

« Nous sommes tous concernés et nous devons tous agir maintenant pour réduire les émissions (des GES, ndlr) pour le bien de toute l’humanité », a-t-il renchéri.

La réunion ministérielle pré-COP est organisée en amont de la 23ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP23), à la 13-ème Session de la Conférence des Parties siégeant en tant que Réunion des Parties au Protocole de Kyoto (CMP13) et à la suite de la 1ère session de la Conférence des Parties siégeant en tant que Réunion des Parties à l’Accord de Paris (CMA1-2).

Co-présidée par M. Salaheddine Mezouar et M. Josaia Voreqe Bainimarama, respectivement Présidents des COP22 et 23, la réunion ministérielle sert de support pour des discussions politiques de haut niveau sur les principaux éléments des négociations de la COP23, en préparation des prochaines réunions de la Conférence à Bonn.

Les débats portent sur les questions clés se rapportant à l’opérationnalisation de l’Accord de Paris et constituera une occasion de tirer parti des conclusions de la COP22 organisée à Marrakech, hautement saluée pour sa réussite, de réaffirmer l’engagement des pays signataires en faveur de l’Accord de Paris et de prendre des mesures significatives pour faire avancer la mise en œuvre de la feuille de route établie à Marrakech.

Voir Aussi