En vedetteUn tiers des déchets urbains en Amérique latine et dans les Caraïbes sont jetés dans des décharges…

En vedette

Workers sort recycling material at the Waste Management Material Recovery Facility in Elkridge, Maryland, June 28, 2018.
Some 900 tons of trash are dumped at all hours of the day and night, five days a week, on the conveyor belts at the plant. For months, this major recycling facility for the greater Baltimore-Washington area has been facing a big problem: it has to pay to get rid of huge amounts of paper and plastic it would normally sell to China. But Beijing is no longer buying, claiming the recycled materials are "contaminated." / AFP PHOTO / SAUL LOEB
10 Oct

Un tiers des déchets urbains en Amérique latine et dans les Caraïbes sont jetés dans des décharges à ciel ouvert

Buenos Aires-Un tiers des déchets urbains en Amérique latine et dans les Caraïbes sont jetés dans des décharges à ciel ouvert ou dans des espaces environnementaux, une pratique qui exacerbe la pollution des sols, de l’eau et de l’air dans la région affectant la santé de la population, a averti un rapport du Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE).

Selon le rapport, présenté lors du Forum des ministres de l’Environnement d’Amérique latine et des Caraïbes qui se tient à Buenos Aires du 9 au 12 octobre, 145.000 tonnes de déchets sont jetées quotidiennement dans des décharges anarchiques, ce qui équivaut à des déchets produits par 27% de la population de la région, soit 170 millions de personnes.

Le document appelle les pays de la région à entamer la fermeture progressive des décharges à ciel ouvert, qui constituent une menace sérieuse pour la santé des personnes vivant à proximité et ceux travaillant dans le domaine de la collecte des déchets recyclables.

Ces décharges constituent aussi une source de gaz à effet de serre causant de graves dommages au tourisme et à l’agriculture et menaçant la biodiversité.

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud pour la journée de mercredi 10 octobre 2018 :

Colombie :

Grâce à des aides allouées par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), 150 entreprises ont réussi à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, selon la Corporation environnementale des entreprises (Caem).

Une année après la mise en œuvre du projet Nama Industria, 150 entreprises ont bénéficié de l’aide technique pour améliorer l’économie d’énergie, a ajouté la Caem.

La Colombie, avec le soutien du FEM, accorde une assistance technique aux entrepreneurs désireux de réduire l’émission de dioxyde de carbone et améliorer la productivité.

========================

Brésil :

Le directeur de l’Agence nationale de l’énergie électrique (Aneel), André Pepitone, a défendu, mardi, la nécessité pour le gouvernement de créer une équation financière permettant d’achever la construction de la centrale nucléaire Angra 3, située à Angra dos Reis dans l’Etat de Rio de Janeiro.

« Je ne discute pas pour savoir si Angra est viable ou non. Angra est faisable. Il n’y a pas de retour en arrière. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de structurer un modèle avec la participation de tous les acteurs impliqués afin d’obtenir une modélisation financière et économique équilibrée de la centrale », a déclaré M. Pepitone lors d’une réunion du Conseil national de la politique énergétique (CNPE) consacrée à la situation de la centrale, dont la construction est à l’arrêt depuis 2015.

Lors de cette réunion, le CNPE a examiné le rapport du groupe sur une solution pour la reprise des activités d’Eletronuclear, une filiale d’Eletrobras chargée de l’exploitation des centrales nucléaires Angra 1 et Angra 2.

========================

Chili:

L’Association Alianza Valor Minero a présenté, mardi à Santiago, à la ministre de l’Environnement, Carolina Schmidt, une proposition de politique publique approuvée par divers acteurs sociaux, dont le but ultime est de développer des projets d’investissement durables et respectueux de l’environnement au Chili.

Mme Schmidt a reçu des représentants du Conseil d’administration d’Alianza Valor Minero une proposition de politique publique qui vise à réglementer les relations entre les entreprises, les communautés et l’État face aux projets d’investissement.

Cette initiative, développée sur deux ans par les différents partenaires sociaux, ambitionne d’instaurer un dialogue constructif entre les propriétaires d’un projet et les habitants de la zone où il sera implanté afin de générer des propositions plus durables et une meilleure gestion des impacts socio-environnementaux des projets.

Pour la ministre de l’Environnement, les différents acteurs devront être en mesure de susciter une plus grande participation des citoyens, un dialogue précoce et la confiance que tous les acteurs impliqués dans le développement d’un projet qui peuvent dialoguer sur un pied d’égalité pour présenter leurs idées avant de développer leurs projets afin de promouvoir le développement durable.

========================

Pérou:

« Monte Puyo » est le nom d’une nouvelle réserve naturelle créée dans la région amazonienne en vue de préserver la biodiversité des forêts de montagnes humides, selon le ministère de l’Environnement.

Couvrant une superficie de plus de 16.000 hectares, cette réserve dispose d’un écosystème d’une grande biodiversité où vivent des espèces d’animaux locales, dont certaines sont menacées, telles que le singe laineux à queue jaune et l’ours des Andes.

La réserve de Monte Puyo comprend également plus de 200 espèces d’oiseaux et 420 espèces de plantes, y compris des orchidées.

Voir Aussi